Chauvet Maverick MKII Profile

Chauvet Maverick MKII Profile

Chauvet Maverick MKII Profile

juillet 2018 | Test Lumière & Vidéo

Note de cadrage

Les gammes Rogue puis Maverick ont clairement imposé Chauvet comme un acteur majeur de la scène professionnelle mondiale. Il ne manquait aux Floridiens francophones qu’un élément pour que la table soit dressée dans les règles de l’art : les couteaux. Le Maverick MK2 Profile vient à point nommé combler cette lacune et débarque dans une mêlée à couteaux tirés où quasiment tous les acteurs du marché sont représentés.

L’ASPECT, LE SYSTÈME D’ACCROCHE, LA MANIPULATION, LE MODE D’EMPLOI

Notre candidat présente bien, il affiche un bon embonpoint qui n’est pas synonyme de surpoids, ni d’encombrement excessif. Il est juste sereinement ventru et compact à souhait. Avec 31,7 kg, il vaudra quand même mieux être deux pour l’accrocher, mais son poids n’a rien de problématique et les deux axes sont bien sûr verrouillables pour faciliter cette manipulation. Ne vous y trompez pas, la masse est un élément important dans cette famille de projecteurs et un module de découpe asservie n’est pas un élément (aliment ?) éligible au régime ! La coque toute plastique est de bonne facture et agréablement lisse au toucher. Sa bonne tête arrondie est munie de deux grilles de ventilation sur la partie avant, clipsées et faciles à nettoyer. La base permet d’identifier spontanément ce projecteur comme étant un Chauvet, l’intégration des poignées étant devenue une vraie signature. Nous n’avons rien à redire sur le système d’accroche et accordons beaucoup plus d’intérêt à la riche face de connexions. Les entrées/sorties DMX sont doublées en trois et cinq points et nous constatons la présence d’un switch réseau comme en témoigne la double embase Ethercon. Et ça, nous aimons beaucoup ! De même, nous apprécions l’antenne repliable synonyme de récepteur DMX HF. En l’occurrence, Chauvet a choisi le standard Wireless DMX. Sur la face opposée, nous avons un bel afficheur, sur batterie, tout couleur et tout tactile équipé malgré tout de six boutons bien réactifs. Il est particulièrement lisible et agréable à utiliser. Le document fourni avec la machine n’est pas vraiment un mode d’emploi, plutôt un « quick start guide » multilingue. Le véritable mode d’emploi est téléchargeable sur le site de Chauvet, mais uniquement en anglais.

DANS LA RUBRIQUE LUMIÈRE & VIDÉO, LIRE AUSSI...

Share This