DANS L’ESPACE, PERSONNE NE VOUS ENTEND CRIER !

DANS L’ESPACE, PERSONNE NE VOUS ENTEND CRIER !

DANS L’ESPACE, PERSONNE NE VOUS ENTEND CRIER !

6 Oct 2017 | Son

Sauf bien sûr si vous avez un micro DPA d:screet SC4060 à l’intérieur de votre tenue spaciale ! L’ingénieur du son Stéphane Bucher a dû faire face à une tâche difficile lorsqu’il a été engagé pour enregistrer l’audio de Valerian et la Cité des mille planètes, le nouveau film de Luc Besson. Le blockbuster de sci-fi, qui s’annonce être le film le plus cher jamais produit en Europe, comporte plus de cent caractères, dont beaucoup portent des costumes complexes, y compris des combinaisons spatiales. Assurer des dialogues intelligibles fut le premier défi de Bucher… avec l’aide d’une trentaine de micros miniatures omnidirectionnels DPA d:screet 4060 fournis par Audio2 , distributeur français de la marque. « D’un point de vue audio, c’était incroyablement compliqué à capturer », explique Bucher. « Luc Besson était très clair dès le début : pas de dialogues en postproduction ! Ceux-ci étaient donc tous capturés en plateau. Ces microphones miniatures o­ffrent une qualité audio exceptionnelle et sont également très petits, ce qui les rend beaucoup plus faciles à cacher », dit-il. « Grâce à leurs caractéristiques omnidirectionnelles, ils n’ont pas besoin d’être directement dirigés vers une source sonore pour capturer un excellent audio. Ils sont incroyablement solides, ce qui est important lorsque vous filmez un métrage d’action avec beaucoup de mouvements et lorsque vous devez les changer d’un costume à l’autre. » Les placements de micros ont nécessité une préparation complexe et une étroite collaboration entre Stéphane Bucher et Olivier Bériot, qui a dirigé le département des costumes. En effet, beaucoup de tenues sont fabriquées à partir de tissus épais et synthétiques qui leur donnent un look futuriste mais ne sont pas aussi faciles pour l’équipe sonore parce qu’ils font beaucoup de bruit. Avec l’aide d’Olivier, Bucher a trouvé des endroits pour cacher les micros sans qu’ils soient visibles à l’écran. Cependant, le principal défi était les combinaisons spatiales portées par Valerian et Laureline. Olivier a choisi un tissu léger et bien isolé phoniquement, mais les cacher à l’intérieur de la combinaison en réduisait la sensibilité audio. Au lieu de cela, ils ont été montés à l’intérieur de l’énorme fraise que les acteurs portent autour du cou. ■

Newsletter

Rejoignez la mailing list de SONO Mag et recevez chaque semaine les dernières News.

Sorry, no posts found.
Abonnez-vous à la Newsletter SONO Mag

Abonnez-vous à la Newsletter SONO Mag

Rejoignez notre mailing list pour recevoir les dernières News publiées par le magazine

Votre inscription a bien été prise en compte ! Vous allez recevoir un email de confirmation.

Share This