Une équipe de professionnels passionnés

Portraits sensibles

Que serait SONO Mag sans son équipe de consultants ? Comme souvent dans la concrétisation de beaux projets, cette bande s’est constituée au fil de rencontres.

La grande majorité de celles et ceux qui écrivent dans les colonnes de SONO Mag sont avant tout des professionnels du son ou de la lumière. On les retrouve sur les tournées, dans les studios, les festivals, ou à l’installation de solutions techniques. Écrire, ils le font par passion. Mais dans nos métiers, la passion ne peut s’exprimer sans technique. Et chacun d’eux a été aussi choisi pour sa parfaite maîtrise de son domaine d’intervention : son, lumière, vidéo, DJing…

C’est grâce à cette équipe que, depuis plus de quarante ans, SONO Mag est respecté dans le monde entier pour la qualité de son contenu.

Éric Moutot – Rédacteur en chef

Aurore Bouit

Aurore Bouit

Bancs d’essai enceintes audio

« Tout a commencé à l’âge de 5 ans, lorsque je m’amusais en cachette avec le violon de mon frère aîné. Mes parents m’ont vite confiée aux soins d’un professeur, et mon parcours au conservatoire a commencé ainsi. C’est ensuite assez naturellement que j’ai souhaité mettre la technique au service de la musique, et plus généralement du spectacle. Ma première idée n’était pas la sonorisation. J’ai pensé d’abord au studio, puis au cinéma animalier. Rien à voir, mais c’était une autre de mes passions. Les rencontres à l’école Louis Lumière m’ont finalement amenée à la « prestation ». C’est donc en 2007 que je commence à travailler au sein de la société Embase Système Audio comme technicienne son. C’est en 2013 que Thierry et moi avons rejoint l’équipe de SONO Mag. Notre bonheur : utiliser nos compétences, notre « expertise » pour décortiquer, ausculter, analyser les points forts et les points faibles des enceintes pour aider nos lecteurs dans leur recherche de matériel. »

Thierry Brugier

Thierry Brugier

Bancs d’essai enceintes audio

« Déjà au collège, les marges de mes cahiers étaient ornées de dessins représentant des empilages de consoles ou d’enceintes façon Martin. Le temps des études post-bac fut partagé entre des cours à Jussieu et des visites très régulières, voire quotidiennes, au 49 avenue de Trudaine et au 26 bis rue Traversière : Audio Delta et Téral. Un rapide passage, cinq ans tout de même, devant des groupes d’une trentaine de gamins, passionnés par mes prestations comme professeur de collège dans les matières aussi diverses que le dessin, la technologie et les mathématiques, m’a définitivement convaincu de consacrer ma vie professionnelle à la sonorisation. J’ai l’espoir, par l’intermédiaire des tests d’enceintes amplifiées, coréalisés avec Aurore, de participer auprès des jeunes lecteurs au développement de leur passion, comme notre magazine a su le faire pour moi dans les années 1980. »

Fabrice Chantôme

Fabrice Chantôme

Bancs d’essai installation, studio et broadcast, veille technologique

« Quand j’étais très petit, je faisais tourner les vieux 45 tours gondolés de ma mère sur le nez de mon ours en peluche… Bien plus tard, une chaîne stéréo a débarqué du Japon et je me suis offert un casque (le même que celui du batteur de ZZ Top) pour décortiquer pendant des heures les productions les plus élaborées de l’âge d’or des multipistes à bande. Après une formation de journaliste et la pratique du reportage radio sur le terrain, j’ai finalement débuté sur la première machine de montage son sur disque dur vendue en France et depuis… ce qui coûtait une fortune est devenu banal, la technologie n’ayant cessé d’évoluer et de se démocratiser.

Que ce soit en photo, en son, à l’image ou en production strictement musicale, je considère que les outils ne sont que des moyens au service de la narration et de l’émotion. Bien les connaître permet de s’en faire des alliés indispensables dans nos métiers de passionnés !

J’ai eu la chance qu’en 2013, Gisèle Clark m’invite à rejoindre la fine équipe de RéalisaSon et désormais, je continue de tester « pour de vrai », sous la bannière SONO Mag, les nouveautés studio et broadcast. Lorsque je tombe sur une « perle » au super rapport performance/prix, je suis très heureux de le faire savoir ; mais difficile de résister à la tentation et je finis trop souvent par l’acquérir ! »

Gisèle Clark

Gisèle Clark

Tests son installation et studio, reportages et veille technologique

« Aussi loin que peuvent remonter mes souvenirs, la musique et la chanson ont toujours été présentes dans ma vie, de même que l’envie de comprendre les technologies qui y sont liées. Plus attirée par le fer à souder que par les poupées, j’ai monté ma première radio à douze ans (c’était un kit reçu pour Noël), gratouillant le cuivre des tuyaux de notre appartement pour y fixer mon antenne afin d’en augmenter la réceptivité, au grand dam de mon grand-père, qui en bon artisan peintre, avait refait toute la déco après ses journées de travail. Puis un petit magnétophone Geloso fût le complice de mes soirées pendant lesquelles je montais les enregistrements de mes émissions de radio préférées (Salut les copains, Pour ceux qui aiment le jazz). J’amusais la famille en détournant les pubs et les textes des politiques (ça m’a bien servi plus tard en studio !). De mon premier « vrai » job dans l’édition musicale à celui d’assistante son chez Vogue et tout ce qui a suivi derrière, chaque époque est associée dans ma mémoire à une machine ou un riff. Avec l’âge, ça fait un paquet de données dans le disque dur et je suis heureuse de les faire partager aux lecteurs de SONO Mag, qui a accueilli RéalisaSon dans ses pages depuis mai 2015. Et ce partage fonctionne en émission comme en réception, le monde de la musique et du son n’a toujours pas fini de m’étonner ! »

David Duriez

David Duriez

Tests, news et reportages DJ Producteur

« On peut dire que j’aurai touché pas mal de tables de mixage en club entre le début des années 1990 et la fin 2000 en tant que DJ. Pas que je ne continue pas, mais disons que le rythme est moins soutenu. J’aime diversifier mes activités, toucher à tout. J’ai créé mon propre label de house, Brique Rouge, il y a quelques années déjà, puis tenté ma chance dans la vente en ligne de musique digitale, puis de jeux vidéo. Enfin, je rejoins l’équipe de SONO Mag fin 2016 pour pouvoir partager ma passion du matériel de mix et de production studio. Et quelle époque pour en parler ! Les avancées technologiques amenant désormais chaque mois leur lot de nouveautés et de surprises, c’est avec un grand honneur (et un plaisir non feint) que je les teste et les découvre pour vous. »

Franck Ernould

Franck Ernould

Reportages et tests audio, tutoriels et veille technologique

« Mon père mélomane possédait une chaîne hi-fi, qui m’était interdite quand j’étais petit : en revanche, j’avais le droit d’utiliser le petit magnétophone familial Grundig à bobines mono. À neuf ans, j’ai eu mon premier magnétocassette Philips. Je copiais mes disques préférés sur des C90, et je piquais toutes les brochures que je trouvais dans les magasins de hi-fi.

En parallèle, j’ai suivi une formation musicale classique assez poussée : solfège, piano, orgue, harmonie… La découverte successive de François de Roubaix, Michel Magne, Jean-Michel Jarre, Pink Floyd, Tangerine Dream… et du dub (via l’album reggae de Gainsbourg) m’a dirigé vers le monde de la synthèse analogique, puis des studios d’enregistrement. Je savais dès lors que je voulais devenir ingénieur du son.

Sorti de l’ENSLL, j’ai enchaîné des contrats comme technicien à Radio France, puis travaillé en poste fixe chez Télétota (où j’ai connu Éric Moutot), en tant qu’ingénieur du son en postproduction son à l’image. Je suis ensuite passé free-lance, et j’ai commencé à écrire dans le supplément Home Studio du magazine Keyboards en 1994. Les traductions techniques ont vite suivi. Au cours des vingt années suivantes, j’ai contribué à presque tous les magazines audio français – notamment Timecode, Broadcast & Production et RéalisaSon avec Gisèle Clark.

En 2011, Éric m’a demandé de rejoindre l’équipe de SONO Mag, qui venait de changer de propriétaire et d’équipe dirigeante. Je lui dois certains de mes articles les plus intéressants, et une vraie redécouverte du monde de la sonorisation de tournée et fixe. Même si l’aspect « historique » de l’audio français me passionne, être consultant audio pour SONO Mag me pousse à actualiser sans cesse mon approche, en découvrant des aspects et des évolutions insoupçonnés. »

Dj Getdown

Dj Getdown

Playlist

« Tel Obélix tombé dans la potion magique quand il était petit, je suis tombé dans l’amour des platines et de la musique il y a fort longtemps. Persuadé de pouvoir tout concilier, j’ai décidé d’organiser des soirées le week-end, de donner des cours de DJ en semaine, tout en passant beaucoup de temps à composer mes propres morceaux. Mais une de mes plus grandes fiertés est d’écrire ma chronique dans SONO Mag depuis plus de dix ans. Je partage chaque mois avec spontanéité une playlist variée, qui reflète souvent mon humeur du moment, et qui, parfois, me fait rire quand je me relis. Bref, je pense effectuer toutes les activités possibles autour du DJing et je le fais avec un plaisir énorme. »

François Guillet

François Guillet

Bancs d’essai lumière et vidéo, veille technologique et reportages

« Le 10 juin 1988, à 16 ans, j’ai su ce que je voulais faire de ma vie. C’est lors d’un concert des Pink Floyd que les éclairages et leurs techniques sont irrémédiablement devenus ma passion, et tout aussi évidemment, mon métier. Amateur, puis intermittent, indépendant et enfin chef d’entreprise, ma passion ne s’est jamais démentie. J’ai eu la chance d’être électro, chef électro, technicien asservis, pupitreur et chef de chantier, toujours curieux, toujours à la recherche de nouveauté. Aujourd’hui, je connais le marché, ses acteurs, ses besoins et ses contraintes. J’aime écrire, mettre les produits en perspective de mes expériences et de ce marché. J’apprécie de partager cette passion qui me fait vivre avec les lecteurs de SONO Mag, symbole de cette vocation. »

Cédric Huet

Cédric Huet

Reportages et tests son

« J’ai toujours été fasciné par l’envers du décor : voir et comprendre comment les choses fonctionnent. Créer, fabriquer, imaginer… la musique était l’univers parfait pour m’exprimer. Premier concert à 12 ans, en 1992, pour ne plus jamais quitter le monde de la scène et du son. Un stage révélateur aux fabuleux studios Davout en 1998, lors de mes études de son à Paris, débouche sur la création de mon propre studio lors de mon retour en Bretagne en 2000. Mais l’attrait pour le spectacle est plus fort. J’intègre en 2003 la société Siwa, associée à Potar Hurlant, dans laquelle j’évolue jusqu’à la racheter en 2011. La passion dévorante du son reprend toutefois le dessus sur l’aventure de chef d’entreprise en 2013. Je deviens alors free-lance et j’intègre l’équipe de SONO Mag. J’y officie depuis afin de partager au maximum cette passion pour l’envers du décor qui aura guidé ma vie professionnelle. »

Guillaume Lecreux

Guillaume Lecreux

Bancs d’essai systèmes son et électronique audio

« Passionné depuis mon plus jeune âge par la musique et les sciences, j’ai choisi en 1995 le métier d’ingénieur du son qui m’a permis d’allier ces deux domaines. Pendant les dix premières années, aussi bien en concert qu’en studio puis ensuite uniquement pour de la musique live, j’ai parcouru les salles de spectacles en tant qu’intermittent avec de la musique en tous genres jusqu’en 2013. Depuis, je ne suis plus intermittent mais gérant de ma propre société et toujours amoureux de la musique (je suis guitariste). Mon activité reste autant que possible dans le monde de la sonorisation, mais s’est élargie à l’étude acoustique et la formation. Enfin, depuis quelques années, j’ai le plaisir de rédiger des bancs d’essai d’enceintes de sonorisation dans SONO Mag, journal que je lis depuis le début de ma carrière. SONO Mag, cela me permet de transmettre un tout petit peu de ma passion pour ce métier. »

Frédéric Loria

Frédéric Loria

Tutoriels entretien et maintenance préventive

« Quatorze années à pratiquer la maintenance au sein de différentes structures événementielles. Quatorze années à ouvrir des machines, les réparer, les peaufiner, les faire revivre pour certaines. Quatorze années pour m’apercevoir que ce métier, qui permet de mettre en lumière les plus beaux événements, restait, lui, dans l’ombre. Lorsque j’ai pris mon indépendance en créant AMS, en 2014, l’idée m’est venue comme une évidence de mettre un coup de projecteur et promouvoir cette activité discrète mais indispensable. J’ai rejoint l’équipe de SONO  Mag fin 2015 pour mettre en avant les tutoriels d’entretiens et la maintenance préventive. Aujourd’hui, l’ombre se dissipe peu à peu et l’aventure continue… »

Alain-Marc Malga

Alain-Marc Malga

Reportages métiers, éco social et formation

« Si l’écriture musicale m’accompagnait depuis longtemps, c’est à la faveur d’un concours de circonstances que j’ai posé ma plume dans les pages de SONO Mag, lors de l’avènement de l’informatique musicale : une révolution pour ceux qui avaient jusque-là réussi, au mieux, à capter et enregistrer leur répétition avec une paire de micros, un Revox ou un Portastudio. Alors oui, il fallait être fou pour refuser d’accueillir dans son studio de prod un matériel flambant neuf que l’on vous demandait de mettre à l’épreuve, qui plus est moyennant rémunération ! SONO Mag est le reflet d’un parcours professionnel certes atypique, mais parsemé d’expériences et rencontres enrichissantes avec, en partage, le seul souci de la finalité musicale. »

Dj Momo

Dj Momo

Playlist club et radio

« Grand passionné de musique depuis toujours, j’ai eu l’honneur d’être, en 1997, le premier DJ à représenter le continent africain qui soit arrivé en finale des championnats du monde de DJ DMC – Technics. Un événement dont a découlé la création de l’école de DJ DMC France, dont j’ai eu l’honneur d’être le co-directeur. J’ai ensuite fait un passage en tant que promoteur club avec le label Scorpio Music et pour les clubs Sacem chez Yacast France, tout en étant signé en tant qu’artiste sur le label Mercury (Universal). En 2008, j’ai été récompensé d’un disque d’or DMC. Et de 1998 à 2007, j’ai officié comme DJ du Bisso Na Bisso sur la tournée mondiale de l’album Racine. Mes multiples connexions dans le milieu de la musique et les institutions me permettent aujourd’hui de révéler dans chaque SONO Mag les classements des titres du moment les plus joués en club et radio. »

Éric Moutot

Éric Moutot

News, reportages, tutoriels, veille technologique et bancs d’essai son

« Du plus loin que je me souvienne, deux domaines me fascinent : le son et les sports de pleine nature. Et j’ai eu le privilège de les expérimenter tous deux dans mon univers professionnel. Support technique chez Studer France puis ingénieur du son jusqu’en 1993, j’ai ensuite décidé de changer d’univers pour organiser et encadrer des activités de pleine nature : kayak, escalade, rafting, tir à l’arc et VTT. En 2008, retour gourmand au son et début simultané comme pigiste pour SONO Mag, où je réalise des bancs d’essai audio pro, des tutoriels et la veille technologique. Depuis 2011, j’ai le privilège d’être le rédacteur en chef de cette joyeuse équipe. Mon vrai plaisir est d’essayer de rendre accessible à tout un chacun ce qui rend nos métiers si uniques et magiques. »

Marion Pageaud

Marion Pageaud

Bancs d’essai lumière et vidéo

« Passionnée depuis mon plus jeune âge par la scène, j’ai rapidement compris que je n’étais pas faite pour être sous le feu des projecteurs. Après onze ans de danse classique, je me dirige naturellement vers le côté « technique » de la chose. Me voici donc en BTS Métiers de l’audiovisuel option image. C’est ici que j’ai débuté dans la vie professionnelle, où j’y apprends les bases du métier. Après deux années d’études, j’intègre l’équipe de Lumières Utiles en août 2015. Aujourd’hui spécialisée, entre autres, en pilotage de système d’éclairage en milieu architectural, je prends un malin plaisir à torturer des projecteurs scéniques afin d’offrir aux lecteurs de SONO Mag un contenu riche et détaillé. »

Céline Ruiz

Céline Ruiz

Bancs d’essai systèmes HF

« Puisque, malgré mes rêves de petite fille, je ne suis pas devenue rockstar, j’ai pris très tôt la décision de me mettre au service des artistes, de la musique, et plus globalement de la culture. Je n’ai pas non plus fait carrière dans l’écriture, alors qu’un goût prononcé pour celle-ci m’anime depuis que je suis en âge de tenir un stylo. Je ne suis pas devenue journaliste ou critique musical, je me demande encore pourquoi. Peut-être parce que la passion du métier de technicien est arrivée à l’âge où l’on fait des choix, choix de vie particuliers qui font la singularité d’une vie.

Alors, quand un jour on nous propose d’écrire sur ce même métier, avec le recul, on se dit que l’on n’est finalement pas si loin de ce à quoi on aspirait enfant. »

Patrick Tuchais

Patrick Tuchais

Bancs d’essai électronique audio

« Passionné d’électronique, de son et de musique depuis tout jeune, j’ai eu la chance, après quelques années en tant qu’ingénieur du son, de participer à la fabrication de consoles de mixage « made in France ». Je suis ensuite entré au service technique de Sony France, où j’ai pu fréquenter les studios parisiens les plus prestigieux. Après un petit détour dans les îles auprès des volcans, je suis revenu dans le domaine de l’audiovisuel. En 2011, je réalise un rêve de jeunesse en intégrant l’équipe des rédacteurs de SONO Mag, où je suis en charge des bancs d’essais de consoles de mixage et autres produits électroniques en essayant d’analyser le plus à fond possible les appareils, d’en partager les points forts et les points faibles. »

Clotilde Véran

Clotilde Véran

Veille juridique économique et social

« Je suis tombée tôt dans la marmite du spectacle vivant. D’une famille de danseuses de mère en fille, je n’avais aucune chance d’y échapper. Le poids du destin était trop lourd ! J’ai donc parcouru avec bonheur les scènes, chapiteaux, festivals de France, d’outre-Mer et autres pendant plus de quinze années, exerçant ce métier avec passion. Intermittente du spectacle, j’ai ensuite effectué un retour par la case études qui m’a permis de devenir d’abord administratrice de production (merci l’IRMA et l’INIREP !), puis juriste, une découverte devenue une passion aussi impérieuse et soudaine qu’antinomique par rapport à mon passé. Écrire des articles pour rendre le droit accessible et transmettre ce que j’aime était une gageure lancée par notre cher rédac chef ! Pari relevé et j’espère tenu, qui m’a permis d’élargir la proposition aux étudiants de l’ENS Louis Lumière, à qui je tente chaque année de faire découvrir les joies de la législation, (si si !) mais toujours au service de ce domaine qui est ma maison : le spectacle vivant. »

Les acteurs de l'ombre qui font le magazine

Portraits sensibles

Comme dans toute entreprise, l’édition de SONO Mag nécessite, au delà de celle des consultants, l’implication au quotidien de personnalités aux compétences hybrides ; création graphique, fabrication, administration et finances, commerce … Découvrez ces acteurs de l’ombre sans qui votre magazine n’existerait pas.

Éric Moutot – Rédacteur en chef

Dominique Dumas

Dominique Dumas

Graphiste maquettiste couverture et opérations spéciales

« Armé d’un petit Instamatic argentique, j’ai développé très jeune une passion pour l’image qui m’a conduit à entrer au service graphique du journal Le Parisien dès l’âge de 18 ans. C’est au sein de ce quotidien que j’ai pu me former et découvrir tous les rouages de la réalisation d’un journal. Une dizaine d’années plus tard, attiré par une forme d’indépendance professionnelle, j’ai adopté le profil de pigiste en collaborant pour différentes autres publications. Les Echos, Marie-Claire… puis ce fut la co-fondation d’une petite agence de communication et une participation régulière, depuis les années 1980, pour les revues des Publications Georges Ventillard (Le Haut-Parleur, Système D, Tout faire au jardin, Objectif Multimédia, Micro Système, Cdéco, Electronique Pratique et bien sûr, SONO Mag), pour la conception ou la réalisation des maquettes de ces titres. L’Instamatic a rejoint le placard et laissé place à des appareils photo plus sophistiqués, avec d’avantage de boutons, qui me permettent de continuer d’exercer régulièrement ma passion pour la photo. »

Manu Guerineau

Manu Guerineau

Maquette et créations graphiques

« Tout petit, tel Cro-Magnon dans Lascaux, j’entrepris la décoration murale de ma chambre. Émerveillés devant une telle créativité précoce, mes parents m’encouragèrent dans cette voie… en m’offrant une gomme et le mode d’emploi qui va avec. Et oui, quand le client n’est pas satisfait, il faut savoir repartir d’une feuille blanche. Après une scolarité en total dilettante à barbouiller les tables du fond de la classe (ce qui me permit de rencontrer ma tendre et douce, l’année de mon bac), j’ai eu la chance d’intégrer une école d’art. Marqué par la créativité du mouvement punk (tant musicale, que vestimentaire ou graphique) pendant mon adolescence, la publicité me semblait une évidence pour débuter mon parcours professionnel. Mais devant tant de pseudo créativité, trop superficielle à mon goût, la presse jeunesse et musicale s’imposa comme mon nouveau terrain de jeu ! Mais, n’étant point matinal et ayant un gros souci avec toute forme d’autorité, il fallait se rentre à l’évidence… devenir mercenaire de la palette graphique était La solution ! Aujourd’hui, je ne travaille que sur des projets qui me plaisent, avec des gens qui m’intéressent et qui m’apportent un véritable échange humain. Le travail pour moi n’est pas une contrainte du moment où il me passionne. Peut-être une certaine forme de liberté ? »

Luc Marin Dubuard

Luc Marin Dubuard

Publicité et commerce

« Vous parler de mon enfance et de mon parcours scolaire vous ferait passer un moment peut-être drôle, mais plus certainement dégradant pour mon image au sein de nos professions du son et de la lumière. Je vais donc commencer par ma première expérience avec le son.
Ma carrière a débuté devant une super cinq GT turbo, dans laquelle j’installais un autoradio et une paire d’enceintes. J’étais autodidacte. Et à force de voir brûler le matériel installé dans les voitures, je me suis intéressé aux techniques du son et professionnalisé dans ce domaine.
Comment expliquer mon arrivée au sein de SONO Mag en 2002 ? Aucune idée… Un flot de rencontres m’a permis de devenir vendeur dans une boutique de sonorisation, DJ de mariage (oui, moi aussi), puis commercial pour une marque d’enceintes françaises, et donc, de fil en aiguille, chef de publicité de votre magazine. Et depuis deux ans, avec un autre aventurier, nous sommes à la barre du navire SONO Mag, un vrai chalenge pour moi.
Mes passions et vices sont les mêmes : les engins à moteur en tous genres, la vitesse, et ma famille. »