La numérisation du signal

La numérisation du signal

La numérisation du signal

juin 2017 | Tutoriel Son

Un article de

Cédric Huet

sound basics

Nous baignons tous aujourd’hui dans le monde de l’audio numérique. Or s’il est un sujet qui anime de nombreuses discussions, c’est bien le choix de la fréquence d’échantillonnage de notre système. Mais d’autres critères essentiels rentrent dans l’équation. Il est donc important de comprendre l’impact de ces réglages sur la fidélité de reproduction du signal analogique. Sans trop entrer dans des considérations théoriques, voici quelques pistes pour vous aider à concevoir le système numérique qui vous correspond le mieux.

FRÉQUENCE D’ÉCHANTILLONNAGE… ET QUANTIFICATION !

Commençons par voir en quoi consiste la numérisation d’un signal analogique. Il s’agit de mesurer, à intervalles réguliers, la valeur de la tension du signal. Cette mesure est ensuite traduite en langage binaire. Nous obtenons alors une suite de mots numériques caractérisant le signal initial.

La finesse de la numérisation dépend de deux facteurs principaux. La fréquence d’échantillonnage, qui s’exprime en Hertz (Hz) et définit le nombre de mesures du signal analogique par seconde. La quantification, aussi appelée résolution, qui s’exprime en bits et donne, en valeurs binaires, le nombre d’échelons de mesures de l’amplitude. Plus la fréquence d’échantillonnage est élevée, plus le convertisseur autorisera une bande passante élevée. Plus la résolution est élevée, plus la valeur d’amplitude sera précise, proche de la valeur analogique d’origine. La bonne combinaison de ces deux facteurs permettra d’apporter une bonne fidélité de reproduction du signal.

Newsletter

Rejoignez la mailing list de SONO Mag et recevez chaque semaine les dernières News.

DANS LA RUBRIQUE SON, LIRE AUSSI...

Share This