Mac Encore Performance Cold/Warm

Mac Encore Performance Cold/Warm

Mac Encore Performance Cold/Warm

avril 2018 | Test Lumière & Vidéo

Les derniers Jedi

Après moult aventures et une gestation plus longue que d’habitude, Martin nous dévoile ses derniers-nés : la gamme Encore, inaugurée par deux frères jumeaux, Mac Encore Performance Warm et Mac Encore Performance Cold. Chez Martin, « Performance » signifie découpe asservie. Pour situer ce produit, son moteur à LED est moins puissant que celui des concurrents dont le prix est plus élevé. Voyons voir comment se placent plus précisément ces deux nouvelles découpes asservies dans un univers ultra concurrentiel.

L’ASPECT, LE SYSTÈME D’ACCROCHE, LA MANIPULATION, LE MODE D’EMPLOI

Qu’ils sont originaux, ces nouveaux projecteurs Martin ! Une aura de professionnalisme s’en dégage immédiatement, et ce n’est pas leur aspect plutôt compact qui va nous contredire : 31 kg pour 74 cm de haut, il restent discrets et leur poids raisonnable. Ils ressemblent au Mac Quantum : les traits sont durs et certains angles sont bien marqués, les rondeurs sont aussi présentes, c’est surprenant ! C’est un choix esthétique assumé, mais que l’on aime ou non, gardons en tête que c’est ce qu’il y a à l’intérieur qui compte… Justement, la lentille nous invite à plonger dans la machine. Avec ses 452 mm de diamètre, celle-ci est bien proportionnée et laisse présager un flux conséquent. La finition du produit est bonne, même si les bras souffrent toujours de marques visibles d’assemblage surprenantes. Les plastiques sont de bonne qualité. Toute une section de la machine est occupée par un bandeau sphérique inhabituel. Les grilles de ventilation qui expulsent l’air en permanence sont bien présentes. La gamme Encore est d’ailleurs sous pression positive pour faciliter la maintenance en expulsant les calories sans laisser rentrer la poussière. La base carrée forme un seul bloc massif, de la même largeur que les bras. Sur cette base, vous trouverez un échantillon ultra minimaliste de connexions (alimentation Powercon sans repique et XLR in/out cinq points).

On a presque l’impression qu’elles ont été oubliées et rajoutées au dernier moment. Il n’y a pas de XLR trois points ? Très bien, si toutes les marques faisaient de même, ce serait bien plus simple ! Par contre, l’absence d’Ethercon me peine sérieusement tant il me semble aujourd’hui indispensable d’être réseauluble (soluble dans le réseau, c’est moi qui ai inventé ce mot et j’y tiens !). L’afficheur habituel, pourvu de ses quatre touches ainsi que d’un voyant vert et d’un port USB est sur l’autre face. Les Encore disposent de quatre poignées ; deux bien larges au niveau de la base et une en haut de chaque bras avec une texture antidérapante aussi seyante qu’utile. Pratique, n’est-ce pas ? Il y a également un blocage tilt, pourquoi ne pas en avoir placé un pour le pan ? Il y a bien sûr un emplacement pour l’élingue de sécurité et deux pour des accroches oméga positionnables en parallèle ou à la perpendiculaire de la structure. La documentation papier n’est pas fournie avec le projecteur mais vous trouverez tout sur le site Internet, et en français s’il vous plaît. Les informations de montage ne sont pas dans le manuel d’utilisation : il existe un guide spécifique à l’installation très détaillé. En résumé : face de connexion minimaliste, afficheur Martin qui n’a pas changé depuis le Viper, super facile à manipuler, bien fini et compact.

DANS LA RUBRIQUE LUMIÈRE & VIDÉO, LIRE AUSSI...

Share This