Gisèle Clark

Gisèle Clark

Il y a d’abord eu les galops d’essai avec Broadcast & Production et Audio Media dont nous avons publié une dizaine de numéros.
Puis RéalisaSon est né en septembre 1999.
Enfin, la nouvelle aventure de SONO Mag, qui débute en 2015, nous offre l’occasion de rejoindre ce titre pour n’en faire qu’un seul.

De Broadcast & Production jusqu’à SONO Mag, l’aventure de RéalisaSon continue !

Je vous livre ci-dessous un petit résumé de l’histoire de ce magazine.

Radio World, ici dans son édition de février 2017.

En 1996, l’éditeur américain Imas Publishing, basé à Falls Church (Virginie), cherchait à s’implanter en Europe. Son titre phare, Radio World, était distribué en France selon la méthode américaine de « diffusion qualifiée » (envoi gratuit aux professionnels). Après un premier galop d’essai avec le titre Broadcast & Production, où nous avions couvert avec succès les aspects techniques de la coupe du monde de football en 1998, Imas décidait d’arrêter ce magazine pour cause de revenus publicitaires insuffisants.

Imas comptant également le britannique Audio Media à son catalogue, il fut décidé d’en créer une version française, dans laquelle nous traduisions certains articles, comme les analyses de postproduction film ou d’enregistrements musique, auxquels nous ajoutions des infos Made in France. Nous avons sorti une dizaine de numéros mais là-encore, le succès commercial n’était pas au rendez-vous.

Audio Media « in French », était publié en alternance avec RéalisaSon, avant que les deux ne s’unissent en 48 pages. Mais la formule a fait long feu, RéalisaSon seul a survécu.

Le tout premier numéro de RéalisaSon, publié en septembre 1999.

Une dernière chance me fut donnée. Soutenue par l’industrie française audio pro qui nous garantissait un an de campagne, nous avons pu lancer RéalisaSon en septembre 1999, toujours édité par Imas, avec une belle brochette de rédacteurs dont je suis fière de faire partie (Franck Ernould, Terry Nelson, Didier Maingreaud, Alain David, Alain Delhaise, Mohammed Elliq, Christian Marcelin), constituée pour la plupart de techniciens en exercice. RéalisaSon s’intéressait aussi à la vie des régions. Dans chaque numéro, un focus régional brossait le portrait d’un prestataire, au travers d’un événementiel.

En 2007, le groupe Imas est vendu à NewBay Media, et juste avant la cession, Steve Dana, fondateur d’Imas, me cède RéalisaSon à titre personnel. Pas encore prête à faire le grand saut, je conclus un arrangement avec un éditeur parisien puis, sur le conseil éclairé de feu Zenon Schoepe (Resolution Magazine), nous montons une SAS pour exploiter le titre, avec le soutien indéfectible d’Antoine Lamey (notre imprimeur), l’expérience de terrain de Terry Nelson, ainsi qu’une régie publicitaire, ce qui nous mènera jusqu’en 2015.

N’étant pas diffusé en kiosque, nous innovons avec un système de promotion du magazine via un réseau de prestataires, une formule développée avec succès jusqu’à aujourd’hui, car la reprise de SONO Mag en 2015 par son rédacteur en chef et son directeur publicitaire nous offrira l’occasion de rejoindre ce titre pour n’en faire qu’un seul.

L’aventure continue !

En mai 2015, RéalisaSon est intégré à SONO Mag.

Les archives RéalisaSon


Une collection qui sera complétée au fil des mois.

Réalisason #78

Réalisason #74

Réalisason #72

Réalisason #71

Réalisason #69

Réalisason #67

Réalisason #66

Réalisason #65

Réalisason #64

Réalisason #62