Sixième Son

Sixième Son

Sixième Son

avril 2018 | Reportage Son

Dessine-moi une musique

Avec quatre-cents clients de par le monde, l’agence de design sonore Sixième Son a le vent en poupe. La célèbre musique de la SNCF, véritable ambassadrice de la France à l’étranger (surtout depuis que David Gilmour l’a intégrée dans une chanson de son dernier album et pour l’ouverture de ses concerts, sur fond d’éclairage bleu-blanc-rouge), la signature sonore de Renault ainsi qu’une bonne partie des marques du CAC 40 font la fierté de son fondateur, Michaël Boumendil.

« J’aurais voulu être un artiste », chantait Claude Dubois dans le « Blues du businessman » en 1978. A l’exception de cette phrase lead, les paroles de cette chanson pourraient décrire l’univers de Michaël Boumendil, aussi difficile à attraper tant il voyage entre ses différents bureaux de Paris, New York, Chicago, Toronto, Barcelone, Moscou, et ses rendez-vous professionnels. Bien que baignant dans la musique dès sa prime enfance, il a décidé qu’il n’en fera pas son métier. Fan de biographies historiques, fasciné par le monde du design et des marques, il intègre la prestigieuse école Edhec et, son diplôme en poche, décide de réunir les deux mondes du son et des marques.

SONO Mag : Quand vous est venue l’idée du concept d’identité sonore ?

Michaël Boumendil : Les marques permettent une mise en connexion dont on soupçonne mal la puissance, et le design
m’a toujours attiré, car je voyais ce mélange de l’aspiration émotionnelle et de la nécessité fonctionnelle. En fait, bien avant l’Edhec, trottait dans ma tête l’idée d’identité sonore pour les marques, parce que je réalisais déjà l’enjeu de l’identité dans la société, pour les individus et pour l’entreprise, et qu’en matière de musique et de son cela n’apparaissait pas et c’était regrettable. La musique a toujours été mon langage, et ma curiosité portée sur l’objet économique.

DANS LA RUBRIQUE SON, LIRE AUSSI...

Share This