Une esthétique de l’épure

Une esthétique de l’épure

Une esthétique de l’épure

novembre 2015Reportage Lumière & Vidéo

Christine and the Queens charme les Eurockénnes

Aux Eurockéennes, le show de la star montante s’est fait remarquer. Par la qualité du concert, mais aussi par l’esthétique décalée d’un spectacle raffiné et délicat qui allie la beauté des tableaux au sens de l’épure. Le design lumière de Philippe Mathieu y est pour beaucoup. Mais la jeune chanteuse, connue pour sa rigueur et son exigence, a également contribué à l’élaboration de cet univers visuel où se conjuguent géométrie et sensualité, équilibre des lignes et puissance du détail. Une collaboration stimulante pour un spectacle à contre-courant.

Avec le succès fulgurant de son premier album en 2014, Christine – dont on guette les Queens virtuelles – ne se produit plus en première partie de The Dø, Woodkid ou Lykke Li. Elle est propulsée sur le devant de la scène. Sa musique électro-pop aux accents lancinants séduit un public de plus en plus nombreux. Mais son esthétique singulière et très assumée est aussi l’une des clés de son succès. Elle a petit à petit imposé une chorégraphie qui fait corps avec son chant et sa musique et se déploie dans des scénographies épurées jusqu’à l’abstraction. Dans cet univers, la lumière tient une place essentielle. Depuis plus d’un an, c’est Philippe Mathieu qui en signe le design, mais Christine est très impliquée dans tous les choix, avec exigence et discernement. Lors des Eurockéennes, elle a donné sur le Green Room un concert particulièrement remarqué, notamment pour la qualité et l’originalité de ses lumières. Et ce, en dépit des conditions inhérentes aux festivals qui obligent souvent à simplifier les implantations et à sacrifier un peu de la singularité artistique.

Newsletter

Rejoignez la mailing list de SONO Mag et recevez chaque semaine les dernières News.

DANS LA RUBRIQUE LUMIÈRE & VIDÉO, LIRE AUSSI...

Pin It on Pinterest

Share This