Cameo Auro Spot Z 300

Cameo Auro Spot Z 300

Cameo Auro Spot Z 300

mars 2020Test Lumière & Vidéo

L’attaque du caméléon

De plus en plus présent sur le marché français, la marque allemande du groupe Adam Hall, Cameo, propose une gamme étendue et trouve un écho grandissant auprès des prestataires de moyenne taille. Ce petit spot LED 200 W nous intriguait, et nous souhaitions voir quelles étaient les prétentions du fabricant sur cette gamme. Avant-goût d’une machine qui devrait faire parler d’elle.

DÉVOILE-TOI ET JE TE DIRAI QUI TU ES

Voilà un petit moment que nous nous n’étions pas consacrés à la gamme des spots de proximité ou d’entrée de gamme. Dans ce type de projecteurs, on est souvent habitués à rencontrer des produits un peu moins aboutis que dans les gammes supérieures, plus nobles par définition.

Pourtant, la première impression que donne le Cameo Auro Spot Z 300 est plutôt bonne. Le projecteur a un look épuré, moderne, sans ce côté un peu toc que l’on pourrait reprocher à beaucoup de ses concurrents. Rien de révolutionnaire cependant, mais un beau dessin, des poignées bien intégrées à la base, confortables à la prise en main. On s’aperçoit d’ailleurs lorsqu’on les utilise que le projecteur est vraiment très léger (à peine plus de 10 kg), et le dessous de celui-ci laisse découvrir une classique plaque pour la fixation de deux crochets oméga.

La base est elle aussi classique, avec un côté pourvu d’un écran et six boutons de navigation. Un bémol cependant sur ces derniers, qui ne sont pas de la meilleure facture. L’écran est plutôt satisfaisant, mais on aurait aimé des boutons avec une sensation de pression, ce qui n’est pas le cas. Un détail qui, à l’usage, peut s’avérer pénible.

De l’autre côté, on trouve la connectique, avec la recopie de l’alimentation afin de les câbler en cascade, ce qui est pratique lorsqu’on a des produits de faible consommation électrique, ce qui est le cas ici. Les plus grincheux pesteront sur le fait qu’on ne trouve pas une alimentation au standard True One, mais en Powercon. Il est vrai que, pour un produit qui sort aujourd’hui, c’est un peu dommage. On remarquera aussi la présence du DMX en trois broches, un détail qui trahit la cible des parcs aux produits exotiques dotés de ce standard qui n’en est pas un.

Un article de

Frédéric FAYARD

Un article de

Benjamin bertout

DANS LA RUBRIQUE LUMIÈRE & VIDÉO, LIRE AUSSI...

Pin It on Pinterest

Share This