Sonorisation distribuée

Sonorisation distribuée

Sonorisation distribuée

octobre 2020Tutoriel Son

La ligne 100 V

Le principe de distribution de puissance via « ligne 100 V » a été imaginé pour répondre aux contraintes de la diffusion du son dans de vastes espaces par de multiples haut-parleurs. Ces besoins se rencontrent en installation temporaire ou fixe sur de nombreux sites recevant du public, comme les centres commerciaux, les installations sportives, les marchés, les parcs de loisirs, les gares ou encore les aéroports.

Bien que l’appellation couramment utilisée soit donc « ligne 100 V », la technologie est aussi déclinée, suivant le type de matériel, en tension plus faible, 70, 50 ou 25 V, et plus importante, 140 ou 200 V. Les principes de fonctionnement restent les mêmes, avec pour but de ventiler la puissance globale de l’amplificateur sur de nombreux haut-parleurs répartis dans de grands espaces.

CONCEVOIR UNE INSTALLATION

Nous n’allons pas dans cet article traiter dans le détail de la préconisation, seulement évoquer les grandes lignes de la démarche.

La première étape consiste à déterminer les besoins en haut-parleurs, en fonction de la surface et du volume des sites à équiper. L’idée est de parvenir à une couverture homogène, en optimisant la quantité de matériel. Des abaques et des applications dédiées permettent de réaliser ces préconisations. Dès cette phase, l’intelligibilité du message sonore en tout point où pourrait se trouver une personne est une priorité.

Une fois l’implantation déterminée, il faudra définir les puissances nécessaires pour chacun des haut-parleurs. Cette étape passe par une détermination du bruit ambiant, par la mesure in situ, ou via une estimation si l’étude se réalise alors que le site n’est pas en activité. Ces données de bruit permettent de déterminer la pression SPL que doit pouvoir délivrer chaque haut-parleur installé. Il doit être capable de diffuser un message significativement plus fort que le bruit, entre 10 et 25 dB, suivant les besoins. En tenant compte de la décroissance de la pression acoustique avec les distances qui séparent les haut-parleurs de l’audience et de la sensibilité des transducteurs, on parvient à choisir chaque enceinte. Plusieurs fabricants proposent aujourd’hui des applications d’aide à la préconisation, qui simplifient ce travail. Les équipes techniques d’avant-vente sont aussi un support très efficace à la disposition des installateurs.

Une fois ces puissances identifiées, nous allons pouvoir dimensionner l’amplification globale nécessaire. On réalise la somme des différentes puissances des haut-parleurs, que nous devons pondérer des facteurs de perte, à savoir l’insertion des transformateurs utiles à la technologie 100 V. Chacun peut induire entre 1 et 2 dB de perte. Une perte de 1 dB se traduit par un besoin en puissance grimpant de 25 % ! Il est prudent de prévoir également 25 % de marge supplémentaire pour tenir compte des autres pertes, dont la perte en ligne, qui demeure, même si le faible courant la réduit significativement. Tout cela nous donne la puissance totale de l’amplification qui alimente l’installation.

L’ARCHITECTURE D’UNE LIGNE 100 V

Les amplificateurs utilisés dans ce type ont la particularité d’être équipés de transformateurs de sortie, qui augmentent la tension à la valeur nominale souhaitée. La distribution de la modulation est ensuite assurée vers chaque diffuseur par des conducteurs de faible section, généralement jusqu’à 1,5 mm2. Au niveau de chaque enceinte, un autre transformateur abaisse la tension de la ligne pour alimenter le système électro-acoustique basse impédance.

Un article d'

Eric Moutot

DANS LA RUBRIQUE SON, LIRE AUSSI...

Pin It on Pinterest

Share This