Tu es plutôt kelvin ou mired ?

Tu es plutôt kelvin ou mired ?

Tu es plutôt kelvin ou mired ?

mai 2016 | Tutoriel Lumière & Vidéo

light basics 5

La température de couleur d’une lumière se mesure en kelvin. Mais l’écart entre deux températures différentes se calcule en mired. Pourquoi existe-t-il donc deux types de valeurs ? Et, en pratique, laquelle utiliser ?

La température de couleur d’une lumière blanche est un indicateur de sa dominante chromatique. Elle permet de l’évaluer sur une échelle qui va du chaud au froid, autrement dit du rouge au bleu. Elle est basée sur le comportement thermique d’un corps noir, un corps totalement absorbant qui ne laisse passer aucune radiation et n’en réfléchit aucune. Son changement de couleur ne peut alors dépendre que de son échauffement, à la manière du métal chauffé par le forgeron. Plus sa température est élevée, plus la dominante chromatique des rayonnements émis passe du rouge, à l’orangé puis au jaune et va progressivement vers le bleu. La longueur d’onde des rayonnements est donc exclusivement liée à la température de ce corps. Il s’agit là d’un modèle théorique. Toute source de lumière d’origine thermique – comme le soleil ou une lampe à incandescence – se comporte de manière quasi similaire. Ainsi, l’échauffement d’un filament de tungstène entraîne une modification chromatique qui suit rigoureusement la courbe d’élévation de sa température réelle. La couleur a donc bien une « température ». Avec des sources non-thermiques, telles que les lampes HMI, les tubes fluorescents ou les LEDs, dont la lumière n’est pas générée par un échauffement de matière, la dominante chromatique s’évalue par comparaison avec les rayonnements des sources thermiques. On parle alors de température de couleur « proximale »

Newsletter

Rejoignez la mailing list de SONO Mag et recevez chaque semaine les dernières News.

DANS LA RUBRIQUE LUMIÈRE & VIDÉO, LIRE AUSSI...

Share This