AKG DMS100

AKG DMS100

AKG DMS100

décembre 2019Test Son

Du son sous le capot

Plus besoin de présenter la marque AKG tant elle est connue et renommée dans le monde entier pour ces produits audio pro. Le constructeur nous surprend sur une route où nous ne l’attendions pas avec une série de micros HF DMS100 totalement numérique. Il n’en fallait pas moins à « SONO Mag » pour aiguiser sa curiosité et éveiller sa soif d’innovation. A la fois simple et performante, cette liaison est la solution pour ceux qui veulent se passer de fil.

PREMIER COUP D’ŒIL

Le récepteur au format demi-rack est un poids plume. Avec seulement 358 g grâce au boîtier entièrement en plastique, sa légèreté est surprenante. L’appareil est très facile à manipuler car il n’y a pas la traditionnelle antenne. En effet, en raison de la technologie utilisée, l’émission HF se réalise à partir de l’intérieur. La face avant est la plus simple que j’ai pu croiser jusqu’à maintenant, avec seulement un bouton d’allumage et un bouton rotatif de volume.

La majeure partie de cette façade est occupée par du plastique noir brillant qui laisse apparaître les quelques informations sur l’état de la liaison. On y retrouve une petite LED de couleur qui indique le canal utilisé, un symbole d’antenne qui signifie qu’un émetteur est connecté, un indicateur d’écrêtage audio et, enfin, un symbole de batterie faible. Aucune surprise à l’arrière du récepteur, on retrouve le standard professionnel avec une sortie XLR symétrique et une sortie jack 6,35 mm mono qui permet de se relier aux appareils grand public. Le design du micro main est soigné, comme celui du récepteur. La prise en main est agréable.

Son corps est en plastique et se révèle très léger. Cependant la plus grande partie du poids se trouve être la capsule. Celle-ci profite d’une excellente qualité de fabrication propre à la réputation des produits AKG. La robustesse de la grille est digne d’un modèle haut de gamme. La trappe à piles est également bien conçue, ces dernières étant maintenues par un système de verrouillage inédit. Le dernier élément de ce système HF est le boîtier ceinture, qui permet de brancher un instrument ou un micro. Dans le premier cas, un câble jack est fourni, dans le second, l’utilisateur pourra brancher sur le connecteur mini-XLR n’importe quel micro compatible dans la famille des micros cravates et serre-têtes. Une nouvelle fois, ce boîtier est très léger et compact. Il n’aura pas de mal à se faire discret à la ceinture de son propriétaire !

La surface de la face avant est d’un noir brillant et ne laisse apparaître qu’une petite LED verte indiquant que le boîtier est allumé. La trappe à piles n’est pas facile à ouvrir, mais du coup bien sécurisée.

Un article de

MAtthieu speck

Pin It on Pinterest

Share This