Ayrton Huracán-X

Ayrton Huracán-X

Ayrton Huracán-X

octobre 2020Test Lumière & Vidéo

Un Ouragan de lumière !

Il est tout en haut de la pyramide des produits Ayrton. Comprenez que nous avons testé ici ce qui se fait de plus puissant chez la marque fondée par Yvan Péard en 2001. Vous aurez donc le bonheur, comme nous l’avons eu, de tutoyer l’une des machines les plus puissantes du moment. Répondant au doux nom de l’un des fleurons de l’industrie automobile italienne, voici l’Huracán-X !

L’Huracán-X mérite bien son nom. Ce terme a plusieurs origines. L’ouragan, bien sûr, mais aussi le dieu maya du feu, du vent et de la tempête ainsi qu’un modèle de voiture sportive fleuron de la technologie italienne de la marque Lamborghini. Avec toutes ces références, on comprend mieux pourquoi il est doté d’une multitude d’effets, d’une puissance lumineuse solaire et d’une finition remarquable. Seul son prix, et peut être son poids, pourra en freiner quelques-uns.

SUPERLATIFS

Vous allez devoir sortir votre dictionnaire de superlatifs car, avec l’Huracán-X, tout est grand, gros, puissant et performant ! Et on commence par le projecteur lui-même. Oui, c’est gros, et Ayrton ne veut pas s’en cacher, ils ont produit une machine imposante. Il est loin le temps des Magic Dot ou encore du Eyecolor. On le savait depuis quelques années, Ayrton préparait quelque chose qui allait faire parler la poudre. Après avoir connu un énorme succès avec les produits à effets, puis de petites lyres à LED qui non seulement rivalisaient avec les lampes à arc mais qui leur damaient le pion, Ayrton préparait l’arrivée de quelque chose de plus lourd.

Il y a quelques mois, le Ghibli débarquait. Il a depuis connu un succès commercial mérité. Puis est venu le Khamsin, qui déjà mettait la barre très haut, mais contre toute attente, quand on croyait qu’Ayrton était au bout de la technologie du moment. Et paf ! L’Huracán-X sort des cartons. 1 000 W de LED blanche, 180 mm de diamètre pour la lentille de sortie, 83 cm de haut et 46 kg vérifiés sur la balance. Pas de doute, nous sommes bien dans la catégorie poids lourd !

ANALYSE MORPHOLOGIQUE

Ceci étant, pas question de déroger aux règles maison, et nous passons donc au mode inspection. Une embase assez fine et deux solides poignées pour le saisir et le sortir de son carton. C’est l’un de ces moments où l’on pense avec nostalgie aux tests des machines de moins de 10 kg… Une petite parenthèse sur le carton de livraison, qui comprend une mousse thermoformée que vous pourrez récupérer et mettre dans votre flight case. C’est un petit plus qu’il ne faut pas omettre de signaler.

La lyre est lisse et assez épurée, une sorte de look à la Apple qui se retrouve sur toute la gamme de projecteurs à tête mobile. Les plus cyniques diront que c’est un gros Khamsin, les plus observateurs aussi. Il ne dénotera pas dans un kit full Ayrton.

Vu de l’arrière, ses proportions sont en encore plus impressionnantes. Outre le fait que son patronyme y est apposé, c’est sans doute la posture la plus facile pour le distinguer de ces petits frères sur un pont tant le design est dans la même lignée.

Du DMX 5b et du RJ45 in/out avec, bien sûr, une alimentation en True1. L’essentiel est là !

Revenons tout de même quelques secondes sur l’embase, où l’on retrouve les connecteurs classiques pour un projecteur de cette gamme et, de l’autre côté, l’écran, accompagné de son bouton rotatif de navigation. C’est là notre bémol. Certes, la mollette est fidèle au reste de la gamme, mais la routine du double clic sur la roue pour entrer dans un menu et du clic long pour en sortir n’est pas, de notre point de vue, le plus logique, le plus pratique ni le plus intuitif. Il faudra vous accommoder à cette méthode si vous aimez l’Huracán-X, mais vous pourrez aussi utiliser le RDM ou le paramètre de Control DMX pour accéder aux différentes fonctions du menu.

Un article de

Benjamin bertout

Un article de

Frédéric FAYARD

DANS LA RUBRIQUE LUMIÈRE & VIDÉO, LIRE AUSSI...

Pin It on Pinterest

Share This