Captation live

Captation live

Captation live

avril 2019 | Reportage Son

un article de

gisèle clark

L’art du camouflage

Lorsque l’on réalise une captation à des fins de diffusion TV, ou pour la réalisation d’un film ou d’un DVD, aux critères d’exigence de qualité sonore s’ajoutent ceux de l’esthétique d’une image, qui ne saurait s’encombrer de ces affreux objets (micros, câbles et perches) que les gens du son chérissent tant. Et lorsque les tournages se déroulent dans un lieu historique, où la moindre éraflure constituerait un sacrilège, l’affaire se complique…

Nous avons rencontré Manon Fayard, pétillante ingénieuse du son venue présenter son travail à l’occasion du 12e Forum du son à Nicéphore Cité. Après huit ans en classes à horaires aménagés en musique, Manon découvre le métier d’ingénieur du son en participant aux cours de musique et de prise de son du conservatoire de Chalonsur-Saône. Elle poursuit son cursus en intégrant la classe préparatoire son du lycée Nicéphore-Niépce, puis intègre l’école nationale supérieure Louis-Lumière, à Paris, en 2010. Intermittente du spectacle, elle fait partie des associés de Hérisson TV, société de production spécialisée dans la captation haute qualité pour l’audiovisuel.

PRÉPARATION

En amont de toute prestation, le repérage est l’indispensable opération qui permettra de commander ou d’embarquer le matériel nécessaire à sa réussite. Pour ce faire, la mallette de Manon regorge d’accessoires de toutes sortes. Dans une salle de concert, les choses sont simples : des accroches sont prévues et, comble du luxe, des systèmes télécommandés sont parfois suspendus pour régler la longueur des câbles et les équilibrer (c’est le cas à l’auditorium de Dijon et au Théâtre des Champs-Elysées à Paris).

EN V OU EN DOUCHE

La méthode dite en V permet de placer des barrettes avec deux micros omnidirectionnels, qui seront suspendus depuis un gril ou depuis les balcons, tandis que le système en douche fait descendre les câbles tout droit. Il faut alors accessoiriser avec des pointeurs directifs (Schoeps ou DPA). Afin de régler la proximité par rapport à l’orchestre, Manon rajoute un rappel au fil de pêche, qu’elle peut bouger, le cas échéant, pour rapprocher le micro d’un soliste.

Share This