CLAY PAKY MYTHOS

CLAY PAKY MYTHOS

CLAY PAKY MYTHOS

septembre 2015 | Test Lumière & Vidéo

Le pêchu originel

L’Italien Clay Paky nous confie aujourd’hui son Mythos, mélange des dieux de l’antiquité romaine et des actuels super héros, hybride de Spot et de Beam. Ce colosse n’a pas froid aux yeux et dispose d’atouts qui font bien des jaloux à l’école des projecteurs professionnels.

L’ASPECT, LE SYSTÈME D’ACCROCHE, LA MANIPULATION, LE MODE D’EMPLOI

Ce beau bébé joufflu est livré dans un emballage tout rigolo qui ressemble à s’y méprendre à un flight case, mais en carton. Avec son sac plastique et sa protection polystyrène, il ne devrait pas souffrir des chocs du voyage. Son cordon d’alimentation Powercon est de type «jaune », c’est donc un « true one ». Les platines et les omega sont bien là, avec possibilité de fixer à 0 ou 180°. La notice est malheureusement en anglais, seules les consignes de sécurité sont en cinq langues. La maintenance curative est bien détaillée, dans l’ensemble ce manuel répond à la demande. Le Mythos est donc un costaud à l’aspect massif avec une tête conique de diamètre imposant. La masse de 32 kg est conséquente, surtout pour une source de 480 W. Par contre, si l’on se réfère au rendu lumineux, personne n’ira se plaindre ! Malgré les poignées confortables et bien pensées, il faut clairement éviter de le manipuler seul, vos lombaires vous remercieront plus tard ! Esthétiquement parlant, notre Mythos présente très bien, il dégage une vigoureuse aura de professionnalisme à tous les niveaux. Les finitions sont irréprochables, les plastiques et leurs jonctions sont parfaits. Nous aimons l’aspect « motif imprimé » de la coque, qui nous fait penser à un costume Marvel de super héros. La lentille est imposante et pour le moins généreuse. La sérigraphie est discrète et laisse la vedette au look carbone tendance Batman. Un ingénieux bouton, judicieusement visible car placé sur un bras du projecteur, permet de repérer rapidement si la lyre est bloquée verticalement ou non, le tout grâce à un code couleur (vert ou rouge). Dommage que cette méthode ne soit pas utilisée pour contrôler le blocage en Pan du système, il est remplacé par un simple levier « Lock ». La connectique est sobre et ultra pro avec une embase Ethercon autorisant le contrôle du projecteur directement en ArtNET, deux embases XLR, cinq points bien sûr, et un « true one » sans repique mais avec interrupteur.

Newsletter

Rejoignez la mailing list de SONO Mag et recevez chaque semaine les dernières News.

DANS LA RUBRIQUE LUMIÈRE & VIDÉO, LIRE AUSSI...

Share This