dBTechnologies VIO X12

dBTechnologies VIO X12

dBTechnologies VIO X12

avril 2019 | Test Son

un article de

guillaume lecreux

Une belle italienne 12”

La société AEB Industriale fabrique, sous la marque dBTechnologies, du matériel de sonorisation depuis 1974, à Bologne, en Italie. Intégrée au groupe RCF en 2004, dBTechnologies est aujourd’hui distribuée dans plus de 160 pays et s’est faite une bonne renommée dans la gamme d’enceintes de sonorisation amplifiées de moyenne gamme.

La gamme de matériel dBTechnologies est très large en enceintes, mais pas seulement. La société propose également des amplificateurs, des systèmes de traitement du signal et des microphones sans fil. La gamme d’enceintes est classée en trois grandes catégories :
touring & live, installation et systèmes portables. Celle qui nous intéresse dans ce banc d’essai est la VIO X, incluse dans ces trois catégories. Ces VIO X sont des enceintes point source créées pour être des compléments front fill des systèmes VIO (qui sont des systèmes ligne source dédiés à être de grands systèmes de diffusion principaux), mais elles peuvent également être un petit système de diffusion sonore à elles seules.

DESCRIPTION DU SYSTÈME

La gamme VIO X comprend trois modèles, du 10 au 15” en passant par le 12”, objet de ce banc d’essai. Cette enceinte amplifiée est donc constituée d’un haut-parleur 12” pour les basses fréquences (bobine de 3” et aimant néodyme) et d’un moteur à compression 1,4” (bobine de 3”, aimant néodyme) pour les hautes fréquences. La trompe adaptant l’impédance entre le moteur à compression et l’air permet une dispersion horizontale de 60° dans l’axe et verticale de 40° dans l’axe. Cette trompe est rotative et permet donc de faire 40°(H) x 60°(V). dBTechnologies n’a pas mis de repère sur la trompe, ce n’est pas très pratique. L’amplification est un Digipro G3 900 W RMS (1 800 W en crête) et permet à cette enceinte de fournir 132 dB (on ne connaît pas le protocole de mesure) avec une bande passante allant de 79 Hz à 21 kHz (à -6 dB), le tout pour une masse de 20,7 kg. La connectique a une allure professionnelle. Elle se compose de deux embases Ethercon pour le signal RDNet (nous y reviendrons plus tard), d’une prise XLR femelle pour l’entrée du signal audio et d’une mâle pour la sortie, reliée en parallèle sur l’entrée. Une prise USB est présente mais ne sert qu’à la maintenance. L’alimentation électrique est assurée par une paire (entrée/sortie) de Powercon True1. Ce connecteur n’est pas compatible avec le traditionnel Powercon bleu mais possède l’avantage de pouvoir être déconnecté sous tension. Ce système encore peu répandu a pourtant été introduit en 2011 par Neutrik.

Share This