Décors immersifs virtuels

juin 2021Reportage Corporate AV

Les écrans à LEDs s’invitent au casino de Royat

Créé en 1973, le groupe Partouche gère aujourd’hui plus de 40 casinos. Il prévoit en moyenne chaque année la rénovation complète de l’un de ses établissements. Entièrement remis à neuf, le casino de Royat associe désormais une architecture néoclassique et une décoration raffinée à un équipement audiovisuel de haute technologie unique en son genre.

Royat est une ville située en périphérie de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Le site a pris son essor au XIXe siècle grâce à ses eaux thermales. Napoléon III et l’impératrice Eugénie y avaient leurs habitudes. La construction du casino de Royat, alors en brique et en bois, a été initiée en 1873. A partir de 1919, le bâtiment actuel remplace le précédent. Il comprend un hémicycle antique alternant arcs cintrés et oculi ainsi qu’un alignement de colonnes, épicentre de la rénovation intégrale entreprise par son exploitant, le groupe Partouche. Et qui mieux que Christophe Silve, directeur du casino, pour nous présenter le projet ?

Christophe Silve : Le groupe Partouche est locataire de la ville de Royat, en délégation de service public. Lors du renouvellement du contrat, en 2016, le groupe a proposé un projet orienté vers l’image et les nouvelles technologies. Rapidement, l’idée d’exploiter le cadre unique des colonnes et des arches de la rotonde a émergé. Et c’est l’intégration d’écrans à LEDs qui a été choisie.

La solution permet une exceptionnelle modularité, indispensable pour notre métier de casinotier, qui englobe trois univers : la restauration, l’animation et le jeu. Grâce aux écrans, je change mon décor quand je le veux et j’adapte mon environnement aux multiples besoins du lieu.

Je peux diffuser des images différentes sur chaque zone. Dans une même salle, certains écrans peuvent montrer un match de foot, d’autres un de rugby. Et le tout en en silence afin de ne pas gêner ceux qui ne seraient pas intéressés. Chacun de nos hôtes pourra choisir sur son smartphone le son du programme qu’il souhaite écouter.

Pour l’événementiel, les écrans permettent un habillage de l’espace sur mesure et ouvrent de multiples possibilités, pour des artistes qui créeraient des œuvres projetées, par exemple. Je peux aussi diffuser des images venant de l’extérieur, pourquoi pas depuis une GoPro installée sur un parachutiste au-dessus du Puy-de-Dôme. Sky is the limit !

Le cadre est posé. Il n’y a plus qu’à… Donnons maintenant la parole à Jean-Philippe Corrigou. Ce dernier a contribué à la rénovation de plusieurs casinos du groupe Partouche. A Royat, il est intervenu en tant que concepteur lumière et scénographe d’équipement, rattaché à la maîtrise d’œuvre. C’est lui qui, dès avril 2019, a orchestré les échanges avec Christophe Silve pour concrétiser l’idée d’un projet global, avec une zone « immersive » dans la rotonde.

Jean-Philippe Corrigou : En tout, pour la rotonde, ce sont 120 m2 d’écrans sur mesure qui ont été demandés au fournisseur : 45 m2 pour les arches, avec la partie supérieure de forme arrondie, et 75 m2, en plusieurs rectangles, à insérer dos à dos entre les colonnes. Tous les écrans devaient s’y intégrer parfaitement. Les colonnes ayant une forme initiale évasée, un staffeur a repris tous les profils pour les ajuster à la rectitude des dalles. Pour fournir et installer les écrans à LEDs, c’est la société Kinesik qui a été retenue

Un article d'

Eric Moutot