Écrans à dalles de LEDs

Écrans à dalles de LEDs

Écrans à dalles de LEDs

décembre 2020Tutoriel Lumière & Vidéo

Options technologiques et budget

Après avoir abordé les notions de formats, de pitch et de dimensions dans la première partie du dossier, intéressons-nous aux diverses propositions technologiques du marché. Luminance, protection IP, formes, transparence, sans oublier une conclusion prospective sur l’évolution des écrans à LEDs.

QUELLE LUMINOSITÉ CHOISIR ?

Trop lumineux, l’écran éblouira les spectateurs. Trop sombre, il causera une autre gêne en n’apportant pas la visibilité nécessaire. Pour faire le bon choix, les paramètres à considérer sont l’environnement d’utilisation, en intérieur ou en extérieur, de nuit ou à la lumière du jour, ainsi que l’exposition directe ou non aux rayons du soleil. Le tableau ci-contre donne des plages de luminance adaptées à ces différentes situations.

LE CONTRASTE

Cette notion exprime la différence d’intensité lumineuse entre les parties les plus claires et les parties les plus sombres de notre écran vidéo. L’un des atouts des écrans à LEDs est de pouvoir obtenir des noirs parfaits… en éteignant simplement toutes les LEDs. Par voie de conséquence, les contrastes sont souvent très bons.

RAFRAÎCHISSEMENT ET FLICKERING

Le principe d’ajustement de luminance des LEDs par modulation de largeur d’impulsion induit du scintillement, ou flickering. Alors que les propriétés de rémanence de l’œil le rendent imperceptible jusqu’à des fréquences assez basses, il peut se traduire par des artefacts visibles lors de prises de vues photo et captations vidéo. Dans le monde des écrans, le taux de rafraîchissement correspondant à la fréquence d’affichages des données par seconde. Un taux de rafraîchissement bas conduit à un scintillement. Les écrans à LEDs « flickerfree » prévoient des fréquences de rafraîchissement élevées, souvent de plusieurs kilohertz. Seul inconvénient, cette augmentation de la fréquence de rafraîchissement diminue la durée de vie des LEDs

INDOOR OU OUTDOOR ?

Au même titre que les autres équipements, les dalles d’écran à LEDs sont classifiées par des indices IP garantissant leur protection contre l’humidité et les poussières. Un classement IP65 indique la valeur six pour la protection contre la  poussière et cinq pour celle de la pénétration de l’eau. C’est le standard minimal pour une utilisation en extérieur.

Certaines marques affichent un classement différent pour la face avant et la face arrière de leurs murs de LEDs. En effet, le côté visible de l’écran est souvent totalement étanchéifié et peut atteindre des performances de degré IP65. L’arrière, et en particulier les ouïes de ventilations, sont nécessairement plus perméables à la poussière et à l’eau. Une classification IP54 semble alors déjà très convenable. A noter que de plus en plus d’écrans sont refroidis par convection naturelle, sans ventilateur donc, ce qui évite les problèmes de protection des ouïes.

Un article d'

Eric Moutot

DANS LA RUBRIQUE LUMIÈRE & VIDÉO, LIRE AUSSI...

Pin It on Pinterest

Share This