Ember by Blue

Ember by Blue

Ember by Blue

octobre 2019Test Son

Finesse et discrétion

Ayant l’intention d’acquérir un micro destiné principalement à la captation vocale à des fins de podcasts (narratif et voix off), j’hésitais quant à la qualité de l’offre et mon choix se dirigeait lentement vers les références connues en broadcast, mais dont les prix sont nettement plus élevés que mon budget. Aussi, lorsque j’ai reçu l’annonce d’un nouvel arrivant chez Blue, j’ai décidé d’en savoir davantage sur ce micro électrostatique de studio qui, selon son fabricant, se destine à l’enregistrement et au streaming.

Le nouveau venu se place à l’entrée de la gamme des séries XLR de Blue (en dessous des Bluebird et Spark SL). D’un beau gris métallisé, son corps fin et allongé ainsi que son design discret se prêtent aux petits espaces. Les podcasteurs qui se filment dans leurs documentaires seront comblés, Ember fait joli dans le décor !

Livré dans son emballage carton, Ember est accompagné de son seul système de fixation, lequel se visse sur un pied de micro ou un support de table. Pour ma part, j’ai choisi une potence articulée, ce qui lui met la tête à l’envers. Pas de problème dès lors qu’on suit la consigne imprimée sur le carton, la membrane est sur le côté plat, pas sur la tranche !
N’oublions pas que ce micro est destiné à un large public.

ON SE BRANCHE

Comme il s’agit d’un micro à directivité cardioïde et électrostatique, Ember nécessite d’être alimenté en 48 V. Pas de problème ici puisque, dans ma station de travail, l’audio passe par une Audiobox Presonus, qui intègre une alimentation fantôme. Mais le débutant qui cherche un micro USB pour le connecter directement à son ordinateur doit savoir qu’il est nécessaire de disposer d’une interface audio ou d’une table de mixage disposant de l’alimentation fantôme 48 V. Attention, le manuel de l’utilisateur précise que Blue propose un adaptateur, référencé Icicle dans le catalogue, qui permet de connecter directement Ember à un ordinateur. Mais cet adaptateur ne dispense pas de l’alimentation 48 V.

un article de 

gisèle clark

Pin It on Pinterest

Share This