La hf en 10 episodes

La hf en 10 episodes

La hf en 10 episodes

février 2022Tutoriel DJ & Studio, Tutoriel Son

Ep 1 : écosystème et contexte

Quel technicien du son n’a pas vécu son moment de solitude avec un micro HF, le Lead 1 loi de murphy oblige. Pshit, scratch, microcoupures, ou encore mieux : entendre une voix sortie de nulle part au lieu de celle de la personne qui parle dans le micro. On a tous passé des prestations à serrer ce qu’il fallait, éponger la petite goutte de transpiration avant qu’elle ne tombe sur la console, en écoutant notre petite voix intérieure qui dit « non, non, non, ne va pas par-là sur scène, ça marche pas… et m***e ! ». Et ça énerve. Ouh que ça énerve !

Et la presta se termine, et on range. On ne prend pas le temps de comprendre. De temps en temps, il y a un « jeune » qui s’en occupe pour nous et on lui confie le bébé, avec l’eau du bain, et on attend que les modules baignent tranquille dans la console.
Il y a celles et ceux qui se sont toujours dit « la HF c’est de la magie »,
Il y celles et ceux qui comptent sur la chance, qui se disent « ça marchait hier, ça va marcher aujourd’hui, on ne change pas une équipe qui gagne, champion ! », ou encore « la boîte de loc’ a tout calé au stock donc tout roule ».
Non ! Ce n’est pas ok, ce n’est pas de la magie ni de la chance. Et souvent, celui ou celle qui parle dans le micro sans fil Lead 1 est celui qui paie la prestation, de près ou de loin. Alors mieux vaut assurer son coup.
Il y a des techniques, des processus et des routines. La transmission HF est très peu étudiée en école ou en BTS, considérée comme peu noble. Seules les formations Ingénierie des systèmes image et son abordent le sujet. Pourtant un jeune diplômé qui arrive sur le terrain avec cette compétence se garantit son statut d’emblée.
Sur les tournées ou les prestations de grande envergure, les équipes et la production ne rechignent plus à dégager un poste et un budget à la gestion de la HF. Il y a en France entre 10 et 20 très grands spécialistes de la HF. Mais il faut parfois convaincre que déployer 50 liaisons sans fil sur un site nécessite un coordinateur HF.
Il existe des formations professionnelles dédiées à cette discipline, dispensées par certains de ces spécialistes. Je les conseille à celles et ceux qui veulent combler très rapidement leurs lacunes. Je dirige ce type de formation et j’ai toujours adoré le moment où la lumière s’éclaire dans les yeux d’un stagiaire. SONO Mag vous propose pour l’année 2022 un rendez-vous mensuel sur la HF. Je vais vous rendre ce domaine compréhensif et abordable. Chaque mois, ces deux pages traiteront un chapitre qui vous permettra de mieux comprendre les principes, mais surtout de mettre en place des habitudes de travail simples. Le but est d’améliorer la pratique de techniciens du spectacle vivant au service de leur prestation, pas de faire de vous des experts en télécom.

Qu’est-ce qu’un ensemble sans fil ?

L’appareil qui transmet des données est appelé l’émetteur, abrégé TX. Celui qui reçoit les données est appelé le récepteur, abrégé RX. Vous trouverez souvent dans les références des constructeurs ces dénominations internationales TX, RX ou les lettres T ou R pour vous aider à les distinguer. À noter qu’en allemand, émetteur se dit Sender (lettre S) et récepteur Empfänger (lettre E), dénomination que Sennheiser utilise par exemple. Ces émetteurs ET récepteurs peuvent être fixes, rackables, ou portables sur batterie, à porter à la main, à la ceinture ou dans la poche, ou sur un équipement technique portable.

Les typologies de systèmes

Un système qui se compose d’un émetteur envoyant un seul signal à un récepteur est dit simplex (monodirectionnel). On appelle la voie descendante la voie émettrice vers le récepteur. Les systèmes disposant d’une voie montante en plus d’une voie descendante sont des systèmes duplex (bidirectionnels).
Dans le cas d’une liaison simplex où le signal est codé pour être reçu par un seul récepteur, on l’appelle un signal unicast (la communication d’un satellite vers sa base par exemple). Dans le cas où le signal n’est pas codé et peut être reçu par tout appareil recevant le signal, on l’appelle un signal broadcast. C’est le cas de la radio FM, de la Télévision Numérique Terrestre et de la majorité des micros sans fil et In-ear monitors.
On distingue les systèmes full-duplex, qui permettent des échanges simultanés d’informations en utilisant deux canaux distincts, des systèmes half-duplex qui se partagent le même canal pour émettre. Ce canal est utilisé alternativement dans un sens ou dans l’autre. Les talkies-walkies sont half-duplex, lorsque nos téléphones sont full-duplex.
Tous les systèmes de In-ear monitors sont simplex broadcast. Un émetteur IEM peut être reçu par une infinité de récepteurs.
Tous les systèmes de micros sans fil analogiques sont simplex broadcast. Un micro sans fil analogique peut être reçu par une infinité de récepteurs.
Avec les micros sans fils numériques, les choses se compliquent.
Le signal peut être simplex broadcast exactement comme en analogique. Mais si le signal est crypté (option souvent proposée par les constructeurs), en général un seul récepteur couplé peut décrypter ce signal. Il devient simplex unicast (exemple avec les liaisons 9000 ou 6000 chez Sennheiser). Shure a développé pour l’Axient Digital une voie de remontée d’information du récepteur vers l’émetteur, notamment pour permettre à l’utilisateur de changer à distance son gain, sa fréquence sa mise en veille. C’est le système optionnel Show Link. Celui-ci rend le système full-duplex.

un article de

Axel Brisard

DANS LA RUBRIQUE SON, LIRE AUSSI...

Pin It on Pinterest

Share This