High End Systems Solaframe 1000 Ultra-Bright

High End Systems Solaframe 1000 Ultra-Bright

High End Systems Solaframe 1000 Ultra-Bright

juin 2019Test Lumière & Vidéo

Un soleil portable et puissant

High End, désormais une « ETC Company », est pourvue d’une gamme très (trop ?) fournie de cinq catégories comportant chacune plusieurs produits. Dans la famille Solaframe, pas moins de cinq produits vont du 750 au 3000 + 1 « Theatre ». Certains diront que l’on s’y perd, d’autres que ça permet de trouver chaussure à son pied. Et les plus grognons préféreraient une seule machine rassemblant tous les points forts en éliminant tous les défauts.

LE GRAND DÉBALLAGE

Dès la réception de notre tant attendu cobaye du jour, nous constatons qu’un effort a été fait sur le conditionnement. Le flight-case est habillé d’un carton. Une fois l’emballage ôté (on a l’air très précautionneux chez ETC), on découvre le flight avec une porte sur le flanc, une sur le dessus et un panneau sur charnière pour bloquer la lyre. L’idée de développer un flight-case travaillé et réfléchi est noble, mais le résultat n’y est pas, en tout cas pas pour nous. Le panneau sur charnière gêne une fois ouvert. Il est certes dégondable mais, dans ce cas, il risque de se perdre, tout comme le capot du devant, ne restant pas attenant au flight. A la prise en main, on sent la filiation du Sola Theatre, entendez par là que le « petit » pèse un peu, quand même : 31 kg.

DÉCOUVERTE

Nous ne sommes néanmoins pas démotivés et restons concentrés sur notre nouveau venu. Bonnes connectiques, notamment une recopie sur le RJ45 et une prise USB pour les updates Firmware. Pour le reste, du classique mais de l’efficace, dont nous vous faisons l’économie. Pas d’interrupteur on/off et un fusible accessible sur la base. L’écran possède une très bonne définition et une bonne luminosité, mais il n’est pas tactile. De notre point de vue, ça n’est pas un problème. La navigation est simple et logique via des boutons faciles à identifier. En se promenant dans le menu, on note quatre modes de ventilation possible, mais pas de mode d’automation bruit/puissance… Avec la possibilité d’un mode auto, un silencieux et un high power auraient suffi. Ces différents modes ont évidemment une influence sur la puissance lumineuse. La machine est globalement silencieuse et, mis à part deux petits claquements intempestifs à la mise en route, même le reset demeure discret.

DANS LA RUBRIQUE LUMIÈRE & VIDÉO, LIRE AUSSI...

Pin It on Pinterest

Share This