Japonismes 2018

Japonismes 2018

Japonismes 2018

novembre 2018 | Reportage Lumière & Vidéo

Un article de Frédéric FAYARD

De nouvelles « Robe » pour la dame de fer

Éclairée pour la première fois en 1958, la tour Eiffel a souvent fait l’objet de célébrations lumineuses par la suite. Chacune d’elles est en soi un événement. Cette année, c’est la première fois dans l’Histoire qu’une tour Eiffel japonisante nous est proposée. Un spectacle original et réussi, conçu avec des projecteurs très réputés mais aussi d’autres qui m’étaient jusqu’alors totalement inconnus, et que nous n’allons pas tarder à découvrir !

Lorsque l’équipe de SONO Mag m’a contacté, il était, une fois encore, difficile de refuser une mission comme celle que l’on me proposait. Un événement de taille qu’il me fallait mener de main de maître, 324 (mètres) plus exactement. La tour Eiffel est en effet un édifice mondialement connu, même s’il n’est plus le plus haut du monde comme c’était le cas lors de sa création en 1889, par le célèbre Gustave Eiffel. C’est toutefois l’édifice le plus haut de France et le second en Europe après la tour Ostankino à Moscou culminant à 347 m. D’aucuns diraient qu’il n’y a pas que la taille qui compte, et notre tour Eiffel est bien là pour nous le confirmer. De fait, avoir pour mission d’éclairer ce bâtiment mythique est un challenge de taille. Jérôme Chupin, fondateur de Magnum m’indique qu’il y a déjà eu une quarantaine d’éclairages différents de la tour Eiffel depuis sa création, pas tant que ça finalement, laissant suffisamment de possibilités pour imaginer un nouvel angle original.

ARRIVÉE SUR SITE

Je ne sais pas si c’est parce que j’ai également eu l’opportunité d’éclairer la tour Eiffel en tant qu’opérateur en l’an 2000 à l’occasion du concert de Johnny Hallyday, l’idole des jeunes à tout jamais, mais lorsque j’arrive sur le pont d’Iéna à 23 h 30 devant ce monument incomparable à tout autre, je suis … ému… Cette fois ci c’est avec Bruno François, de la société Anoli, que j’ai rendez-vous. Bizarre, me direz-vous, car il n’y a pas de produits Anolis sur le projet. Oui, mais voilà, Anolis n’est autre que la filiale architecturale de Robe, ce qui de fait devient logique compte tenu de la présence des Méga Pointe. Après m’être présenté à la grande dame de fer, nous avions rendez-vous à minuit avec une autre grande dame, de la lumière cette fois-ci : Akari-Lisa Ishii, la co-conceptrice lumière du projet avec Motoko Ishii. Un duo mère-fille inédit dans ce métier. C’est le premier ministre Shinzo Abe et le président de la République française d’alors, François Hollande, qui ont choisi d’organiser les « Japonismes 2018 » afin de promouvoir la culture japonaise en France, en vue des Jeux Olympiques de Tokyo 2020. Par ailleurs, 2018 est une année commémorative, correspondant au 160e anniversaire des relations diplomatiques entre la France et le Japon.

DANS LA RUBRIQUE LUMIÈRE & VIDÉO, LIRE AUSSI...

Share This