JOURNÉE DPA AU CONSERVATOIRE

JOURNÉE DPA AU CONSERVATOIRE

JOURNÉE DPA AU CONSERVATOIRE

2 Déc 2017 | News Son

Début octobre, le distributeur français Audio 2 organisait, en partenariat avec le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP), une étape du DPA World Tour. Cette journée était entièrement consacrée aux microphones de la marque DPA. Pas de véritable nouveauté à présenter (même si l’interface d:vice était exposée à l’entrée de l’Espace Maurice Fleuret qui accueillait la centaine de participants), mais plusieurs interventions didactiques et très concrètes… Bo Brinck, ancien musicien, ingénieur du son et Global Sales Support Manager chez DPA, posait puis enregistrait « en direct » quatre micros miniatures 4060 sur le front, au-dessus de l’oreille, sur la poitrine… et à 1 m en face de son cobaye Christophe Bonneau (Audio2). Après avoir uniformisé les niveaux, l’écoute comparative était très intéressante.Stéphane Bucher, ingénieur du son cinéma bien connu, expliquait ensuite les motifs et les modalités de son utilisation des micros DPA en tournage (4060 et 4088), de Lucy à Taken 2 et 3, en passant par Valérian. Sa collaboration en amont avec l’équipe « costumes » lui permet de mieux dissimuler ses micros sans compromis sur la qualité sonore. Julien Périlleux (Fréquences) donnait son retour de spécialiste de la HF en broadcast, par exemple sur les plateaux d’étape du Tour de France ou lors du défi lé du 14 juillet.

Après quelques écoutes étonnantes de messages « incomplets » dont le cerveau retrouve sans peine l’intelligibilité après avoir entendu l’original, et un autre test encore plus étonnant (douze secondes de bruit rose, quelques secondes de ce même bruit avec un filtre « dip » à 3 kHz, et retour à l’original : on ne le perçoit pas comme identique au premier signal entendu…), Bo Brinck passait à des essais de prise de son en direct avec un quartet de jazz, utilisant toutes sortes de micros DPA : des 4006, 4015, 4099, 4060 et 4061, sans oublier les 2011C… Là encore, la réécoute comparative commentée des pistes enregistrées se montrait pleine d’enseignements.

L’ingénieur du son anglais Donal Hodgson (Duran Duran, Tina Turner, Primal Scream, Mirwais…) évoquait ensuite, photos à l’appui, l’enregistrement de plusieurs albums de Sting avec des microphones DPA : Sacred Love, Songs From The Labyrinth, If On A Winter’s Night, The Last Ship, 57th & 9th. Passé du statut de « spécialiste Pro Tools » dans les années 1990 à celui de preneur de son acoustique, il racontait comment les micros miniatures DPA 4099 lui ont sauvé la vie lors de tournages vidéo, dans une cathédrale notamment, et comment, fasciné par des B&K 4006 rarement sortis du placard à micros lorsqu’il était assistant aux studios Eden de Londres, il les a utilisés, devenus DPA, pour les séances d’album où Sting joue du luth. Une journée très réussie, alliant pédagogie, écoutes et témoignages vraiment originaux. ■

Newsletter

Rejoignez la mailing list de SONO Mag et recevez chaque semaine les dernières News.

Share This