Kinesik

Kinesik

Kinesik

décembre 2020Reportage Entreprise

Un ancrage aux portes de Paris

Kinesik, spécialisé en produits lumière et écrans LED, s’implante aujourd’hui à Saint-Ouen-sur-Seine, aux portes de Paris. A l’occasion de l’inauguration des locaux, nous découvrons un lieu atypique et plein de charme, baptisé l’Hacienda. Rencontre avec Sébastien Bruneau, fondateur de la marque bordelaise, qui nous raconte la naissance d’un projet de longue date, aujourd’hui confronté à une situation économique pour le moins inattendue.

En cette fin d’été 2020 à la météo particulièrement clémente, et entre deux confinements, rendez-vous est pris au nord de Paris. Derrière le grand portail en fer forgé, on est loin de se douter d’un tel dépaysement. Nous découvrons l’Hacienda, la bien nommée. Le lieu possède un showroom doté d’un fond vert propice au développement de captations sur site, un entrepôt de plus de 1 000 m2, un espace de coworking, des bureaux et une salle de réunion. Ces nouveaux locaux parisiens ont, entre autres, l’avantage d’être à deux heures de TGV du siège de Kinesik, situé à Bordeaux. En plus d’accueillir le fabricant, l’Hacienda héberge la société 4D Motion, présidée par Christophe Santa-Maria. Il était une fois…

…UNE BELLE RENCONTRE

SONO Mag : Pourquoi cette implantation à Paris ?

Sébastien Bruneau : L’idée était en gestation depuis quelques années. Après dix ans d’activité, je crois que nous débarquons au bon moment. Car, si l’ensemble de la concurrence et de la distribution est présent sur la capitale, Kinesik est initialement originaire de Bordeaux. Pour la petite histoire, ce projet a pu se concrétiser au travers de ma rencontre avec Christophe Santa-Maria, il y a deux ans, lors des JTSE. Christophe est le fondateur de 4D Motion, une société spécialisée dans les nouvelles technologies et solutions holographiques et digitales. Mais il évoque aussi le groupe international Santa-Maria, qui représente plusieurs entreprises spécialisées dans l’hôtellerie, les parcs thématiques, les caves et propriétés immobilières, ou encore la distribution de machines à sous, notamment pour le réseau de casinos français, tels que les célèbres Partouche, Barrière ou JOA. Cette rencontre nous a permis à chacun de combler certains manques. De son côté, Christophe a pu renforcer ses compétences en innovations technologiques grâce à Kinesik et à notre expérience en matière d’écrans à LED, tandis que son activité de création de médias vidéo nous permet d’offrir à nos clients une offre globalisée.

SONO Mag : Quelles perspectives offre cette situation géographique ?

S. B. : Ce sont surtout les opportunités parisiennes. La crise sanitaire que nous traversons depuis quelques mois présage peu d’investissement en matériel, voire aucun, de la part des prestataires français. Cette partie de notre activité va être gelée ces prochaines années. Nous sommes donc enclins à réorienter notre activité vers l’intégration. Ce showroom parisien nous permet d’avoir une meilleure visibilité auprès des grands comptes de la capitale. Je dirais même que nous arrivons au bon moment, celui où Kinesik a atteint une certaine maturité. Notre jeune société va fêter ses 10 ans, et il aurait été compliqué pour nous d’envisager une implantation prématurée. Nous avons dû mettre les bouchées doubles ces huit dernières années pour nous faire connaître, en nous déplaçant un peu partout en France et au travers de différentes installations, alors que la plupart des sièges sociaux des grandes entreprises sont à Paris.

UNE COMPLÉMENTARITÉ

SONO Mag : L’Hacienda est un lieu qui offre de nombreux espaces assez variés. Sur le long terme, que cherches-tu à y instaurer ?

S. B. : C’est effectivement un lieu qui prête à recevoir. Il y a une forte demande, et nous sommes en mesure de proposer une offre location clé en main. Des chaînes de télévision nous sollicitent pour utiliser les différents espaces équipés des technologies Kinesik, d’autres demandes sont orientées vers le dancefloor 3D. Nous avons même reçu une requête qui consistait à monter une cabine immersive à Marseille, destinée à l’utilisation simultanée du showroom en visioconférence. Les possibilités sont multiples !Pour ce qui est d’une utilisation du lieu plus exclusive à Kinesik, nous avons envie d’organiser un rendez-vous trimestriel, sous forme de soirées coworking à thème, par secteur d’activité notamment (théâtres, clubs, salles de spectacle…). Mais, entre l’inauguration, qui était initialement prévue en novembre, l’annulation des salons et les incertitudes sanitaires, nous ne savons pas trop sur quel pied danser en ce moment. Toutefois, ces soirées autour de nos produits pourraient être organisées avec nos différents partenaires, et ce, afin de nous rapprocher un peu plus de nos clients, comme c’est déjà le cas avec Alcons Audio ou Bose.

Un article de

amar baptista

DANS LA MÊME RUBRIQUE, LIRE AUSSI...

Pin It on Pinterest

Share This