Le choix du « tout LED »

Le choix du « tout LED »

Le choix du « tout LED »

septembre 2015Reportage Lumière & Vidéo

Le Théâtre Jean-Claude Carrière à Montpellier

Premier théâtre français exclusivement équipé de LEDs, la nouvelle salle de spectacle du Domaine d’O pose les bases d’un futur proche. Mais suscite aussi des résistances et de nombreuses interrogations. Dans le cadre de la disparition programmée des lampes à incandescence, le théâtre et l’opéra pourront-ils se satisfaire d’un éclairage scénique uniquement fondé sur ce nouveau type de sources lumineuses ? Quelles en seront les implications pour les éclairagistes ? Comment gérer une période de transition rendue complexe par la cohabitation de spectacles basés sur un éclairage traditionnel et de nouvelles œuvres qui intègrent déjà les luminaires à LEDs ? Et la technologie actuelle est-elle vraiment au rendez-vous ?
Situé en périphérie de Montpellier, au cœur du Domaine d’O, le Théâtre Jean-Claude Carrière vient compléter un ensemble d’équipements créés par le Conseil Général et dédiés au spectacle : plusieurs salles, un amphithéâtre de plein air et un espace pour chapiteaux logé au milieu d’une vaste pinède. C’est une grosse boîte rouge habillée d’une résille en mélèze qui – théâtre oblige – rappelle le manteau d’Arlequin grâce à de petits losanges de plexiglas coloré éclairés la nuit par des LEDs. À l’intérieur, la salle offre 600 places assises mais son gradin rétractable permet de porter la jauge à 1 200 places debout. Son modèle ? Le théâtre éphémère de la Comédie-Française à Paris. Les architectes (A+Architecture) ont conçu un bâtiment en bois, préfabriqué, vite installé, modulable et démontable. Il est constitué de 640 panneaux en bois massifs contrecollés de 13,50 m de haut par 3 m de large, appuyés sur des fermes en bois lamellé-collé. Rarement un théâtre aura été aussi vite réalisé : un an de gestation du projet puis une année de plus avant la livraison de la salle entièrement équipée, après seulement huit mois de chantier. Il faut dire que son concepteur, Christopher Crimes, voulait absolument voir son projet futuriste achevé avant de partir en retraite. Futuriste ? Parce qu’il s’inscrit délibérément dans une perspective de préservation de l’environnement et d’exceptionnelle performance énergétique. Son isolation thermique est un des points-clé du système constructif adopté. Mais le choix le plus singulier, c’est celui de son équipement : uniquement des luminaires à LEDs afin de diviser par quatre la facture d’électricité en regard des systèmes conventionnels d’éclairage.

DANS LA RUBRIQUE LUMIÈRE & VIDÉO, LIRE AUSSI...

Pin It on Pinterest

Share This