Martin Audio Blackline XP12

Martin Audio Blackline XP12

Martin Audio Blackline XP12

octobre 2021Test Son

Enceinte amplifiée 12” de la série Blackline

La série Blackline est venue en son temps remplacer la série F. Certains modèles sont proposés en version amplifiée et prennent la dénomination BlacklineX Powered. Il s’agit des enceintes large bande 12 et 15” et du sub équipé en haut-parleur de 18”. Martin ne s’est pas contenté d’ajouter aux versions passives un module ampli. Les enceintes ont été redessinées et le sub est passé d’un modèle vertical à un modèle horizontal.

PRÉSENTATION

La conception et le dessin de la série BlacklineX sont ultra-classiques. La finition légèrement granitée de la peinture utilisée en finition sur le multiplis et la finesse de la grille de protection en face avant apportent une certaine classe à cette enceinte. L’absence de pieds en caoutchouc sur les différentes faces est certainement préjudiciable à la conservation de leur état de surface à terme mais, sur le plan esthétique, la pureté des lignes ainsi obtenues participe pleinement à la beauté de l’objet. Les côtes sont assez classiques pour une boîte équipée d’un 12” non coaxial : 57 cm de haut pour 36 cm de large et 32 cm de profondeur. La masse est de 18 kg. Vue du dessus, l’enceinte présente deux pans coupés symétriques du même angle. Il est donc possible, en position retour de scène, de faire des couplages avec les haut-parleurs de grave côte à côte ou vers l’extérieur.

Le choix sera dicté par le type de résultat recherché : augmentation du niveau des graves, par exemple, pour la position haut-parleur de grave vers l’intérieur. Le pan coupé forme un angle de 30° avec la face arrière et la face latérale. Au sol, en position retour, l’angle de la face avant présente est donc de 30° par rapport au sol. Cela peut amener l’artiste à reculer assez loin, pour peu qu’il soit assez grand. Le pavillon du moteur ne présente pas une dispersion symétrique. Il est donné pour des angles de dispersion de 80 x 50°. Il est possible de tourner d’un quart de tour le pavillon afin d’obtenir la dispersion la mieux adaptée à l’utilisation de l’enceinte.

Afin de se souvenir de la position du pavillon du moteur sans être obligé de démonter la grille à chaque fois, le logo Martin peut lui aussi faire l’objet d’une rotation d’un quart de tour, rappelant ainsi le sens du moteur. La face inférieure reçoit le traditionnel puits de diamètre 35 mm pour la mise sur pied et les deux faces latérales les poignées pour le transport et la manutention. Tous ces éléments sont fixés depuis l’intérieur de l’enceinte. Cette absence de rainurage et d’éléments visibles sur les faces externes renforce ainsi l’esthétisme de l’ensemble.

Sur la dernière face, à l’arrière, prend place le module d’amplification et de contrôle des paramètres de l’enceinte, les connecteurs audio et le connecteur pour le câble d’alimentation secteur. Toutes les faces sont pourvues de points d’accroche occupés par des vis très discrètes à tête fraisée à six pans creux de diamètre M8. Ces dernières peuvent être ôtées et remplacées par des anneaux de levage afin de suspendre l’enceinte ou de permettre, pour celles qui sont situées à l’arrière, de maintenir le kit optionnel WB10/12B pour une fixation murale.

UTILISATION

Au niveau de la plaque arrière, on trouve un interrupteur on/off, une embase secteur pour l’alimentation électrique, deux combos jack/XLR pour les sources de niveau ligne ou instrument pour les entrées 1 et 2, une XLR mâle pour la sortie mix, un petit afficheur et un encodeur rotatif à bouton-poussoir, et deux ou trois indications sérigraphiées. C’est simple et efficace. Le menu du contrôleur de l’enceinte est bien conçu. Le réglage des différents paramètres ne devrait pas poser de gros problèmes. En tournant la molette, on navigue parmi des pictogrammes qui passent du gris au blanc. Le blanc indique que le pictogramme peut être sélectionné. Une pression sur la molette valide le choix et donne accès aux réglages associés : niveau, égalisation des entrées ou menu de configuration.

un article de

aurore bouit / thierry brugier

DANS LA RUBRIQUE SON, LIRE AUSSI...

Pin It on Pinterest

Share This