Micro-chant 2028

Micro-chant 2028

Micro-chant 2028

octobre 2019Test Son

DPA donne de la voix

Fidèle à sa philosophie de recherche perpétuelle de l’excellence, DPA n’a encore pas ménagé ses efforts pour proposer un nouveau micro de chant et de voix, spécialement conçu pour le live et le broadcast. Héritage direct et économique du d:facto 4018, il permettra au plus grand nombre d’avoir accès au son DPA. Un essai qui laisse sans voix !

Notre univers de technologies ne déroge pas à la règle. Il y a la mode, avec ses accessoires éphémères profitant de la lumière des projecteurs pour un temps, et il y a la recherche de l’excellence, véritable concentré de talent et de passion. Evidemment, les deux voies sont légitimes et indispensables à l’évolution des équipements. Mais parfois, peut-être lorsque les astres sont alignés, il arrive que le meilleur de ces deux visions crée un produit unique, une sorte d’entité supérieure destinée à être connue de tous. Et les goûts et les couleurs, me direz-vous ? Oui, mais bon, là…

UN CORPS SCULPTÉ ET ÉLÉGANT

Nul besoin de présenter une fois de plus la firme danoise DPA tant ses microphones sont devenus des références dans le monde de l’audio pro. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que sa créativité ne nous laisse aucun répit. Mais il faut avouer que le prix est généralement proportionnel à la qualité, ce qui n’autorise que certaines bourses à pouvoir en profiter. DPA a donc choisi cette rentrée des classes pour dévoiler sa propre solution à cet inconvénient majeur. En partant de l’essence du fabuleux micro voix d:facto 4018, les Danois ont relevé le défi de réduire au minimum les coûts sans toutefois faire de concession sur la très haute qualité de reproduction sonore qui le caractérise.

Avec 286 g de puissance et de finesse, le 2028 possède un corps permettant une prise en main très agréable. Léger donc, mais très robuste. Il a véritablement été conçu pour les conditions du live et de la tournée : transport, manipulations intensives, artistes à l’énergie débordante ou techniciens maladroits… Une clé six pans est par exemple nécessaire pour extraire la connectique, ce qui exclut les interventions barbares avec des pointes de couteau sur des têtes de vis innocentes.

Mais DPA joue également la carte de l’élégance grâce à des finitions délicates, comme la gravure discrète des informations vitales juste au-dessus de l’embase XLR (modèle, directivité et alimentation) ou son liseré argenté soulignant la délimitation de sa tête. Son écrin est également soigné, alliant pratique et esthétique.

Un article de

Cédric Huet

Pin It on Pinterest

Share This