Obsidian Control Systems NX 1, NX K & NX P

Obsidian Control Systems NX 1, NX K & NX P

Obsidian Control Systems NX 1, NX K & NX P

décembre 2022Test Lumière & Vidéo

Modulable à souhait

Obsidian Control Systems, marque de contrôleurs lumière d’Elation, continue d’étoffer sa gamme de pupitres compatibles avec son logiciel Onyx. Nous avions déjà testé la console NX 2 dans le SONO Mag 465, et c’est aujourd’hui un système modulable qui nous est proposé, constitué d’une console, la NX 1, d’une extension de faders, la NX P, et d’un pavé de boutons, le NX K. Ensemble ou séparément, ils viennent ajouter un vent frais et beaucoup de modularité au système Onyx.

Annoncées au Prolights 2022, la NX 1 et ses extensions détonnaient un peu dans les sorties de consoles. En effet, chez les concurrents, l’heure était au renouvellement des flagships, avec des consoles énormes aux prix vertigineux. C’est dans cette ambiance qu’Obsidian Control Systems a décidé de prendre tout le monde à contrepied en présentant la plus petite console de sa gamme (il existe déjà des contrôleurs de plus petite taille, mais ce ne sont pas des consoles à part entière). Plus encore, quand l’heure est aux grands écrans, la gamme Onyx se pare, à l’instar des NX 2 et NX 4, d’un écran unique, et de petite taille.

Aspect extérieur

C’est donc une console de faible volume qui nous attend au sortir du carton, cet aspect étant accentué par sa hauteur de seulement 7 cm. Les autres dimensions sont plus standard, avec 63 cm de large et 30 cm de profondeur. Malgré tout, on est surpris par la masse de l’engin, plus lourd qu’il n’y paraît (8 kg) pour le volume. La console a un aspect robuste, la construction est impeccable, on accorde donc un premier bon point.

L’écran de 10,1” et les quatre encodeurs rotatifs prennent toute la partie droite du pupitre. Si ce premier est de petite taille, la résolution est bonne et l’écosystème d’Onyx, qui propose la gestion des fenêtres la plus modulaire du marché, est très à l’aise dans ces situations. Et c’est une constante chez Obsidian, les NX 2 et NX 4 ne disposant que d’un écran de 15,6” sur charnière. Bien sûr, une prise HDMI est disponible à l’arrière de la console pour ceux qui ont besoin de plus d’espace de travail.
Les quatre encodeurs sont petits mais de qualité, et dans la même zone on trouve un USB type A et une fort pratique touche d’accès au pavé numérique et à la gestion des paramètres, mais nous y reviendront.
Au milieu de la console, on trouve en haut une touche de fonction, disposant de quatre modes, représentés par des LEDs de part et d’autre de la touche, et sous celle-ci, dix touches de fonctions modulaires.
Le reste de la console est plus classique, avec un pavé de restitution sur la gauche, des boutons de changement de page de faders et, bonne surprise dans cette gamme de prix, dix faders motorisés disposant chacun de quatre boutons dédiés.

À l’arrière, du classique avec du réseau, de l’USB pour les wings et périphériques divers, du son en mini-jack et quatre ports DMX pour sortir une partie des huit univers débloqués par la console. On a déjà évoqué le port HDMI, et c’est vers un connecteur True1 qu’Obsidian s’est tourné pour alimenter son pupitre, initiative que nous saluons.
On pourrait s’arrêter là pour la description physique, si ce n’est deux encoches sur le côté droit de la console et deux résurgences sur le côté gauche, toutes quatre parfaitement alignées. Coïncidence ? Pas vraiment…

NX, assemble !

Car quand Obsidian a sorti sa NX 1, c’est tout un écosystème qui est apparu en même temps. Deux modules supplémentaires sont donc proposés, à savoir l’extension de faders NX P, et la surface de contrôle NX K. Ensemble, ils forment une plus grande console (1,17 m de large), plus cohérente car dotée de touches et de faders physiques palliant les touches virtuelles de la NX 1. Et ces encoches prennent alors tout leur sens car ce sont des attaches magnétiques permettant à la fois d’aligner parfaitement les éléments, et de les maintenir ensemble. L’aimantation n’est pas très puissante, heureusement, car il aurait été difficile de séparer les éléments, mais suffisante pour empêcher les mouvements intempestifs.
Dans les détails, globalement, la NX P est la partie gauche de la NX 1. Dix faders motorisés, dix boutons de fonction, et un module de restitution. À l’arrière, on trouve quatre ports DMX supplémentaires, et une alimentation en True1. La finition n’a rien à envier à la console, on a affaire à du solide.

Un article de

alexandre roy

DANS LA RUBRIQUE LUMIÈRE & VIDÉO, LIRE AUSSI...

Pin It on Pinterest

Share This