Pouvoir d’achat : Et pour les consommateurs ?

Pouvoir d’achat : Et pour les consommateurs ?

Pouvoir d’achat : Et pour les consommateurs ?

18 Sep 2022 | News Éco & Social / Divers | 0 commentaires

Concernant les mesures prises pour les salariés et les travailleurs indépendants, la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat de 2019, dite « prime Macron », est remplacée par la prime de partage de la valeur (PPV). Comme la précédente, cette prime versée au bon vouloir des employeurs vient en complément du salaire. Elle sera mise en place de façon évolutive : à partir du 1er juillet 2022 et en 2023, il sera possible de verser aux salariés 3 000 euros maximum, voire jusqu’à 6 000 euros si un accord d’intéressement a été conclu dans l’entreprise.

Ces montants seront exonérés de cotisations sociales et d’impôt sur le revenu pour les salariés gagnant jusqu’à trois fois le SMIC. À partir de 2024, la prime, exonérée de cotisations sociales mais soumise à l’impôt sur le revenu, sera ouverte à tous les salariés. Elle pourra être versée en une ou plusieurs fois, mais pour éviter qu’elle ne remplace les augmentations de salaire, à la fréquence maximum d’une fois par trimestre. Par ailleurs, la mise en œuvre d’accords d’intéressement est facilitée notamment dans les PME ; afin d’inciter les partenaires sociaux à relever régulièrement leurs minima de branche au niveau du SMIC, un outil de restructuration des branches professionnelles est prévu ; le déblocage anticipé, avant le 31 décembre 2022, de l’épargne salariale est rendu possible pour l’achat de biens ou la fourniture de services dans la limite exonérée d’impôts, de 10 000 euros.

Enfin, les titres restaurants sont utilisables jusqu’à fin 2023 pour tous les produits alimentaires. Une réduction de cotisations patronales s’appliquera à partir du 1er octobre 2022 pour les entreprises de 20 à 249 salariés sur les heures supplémentaires. ■

Pin It on Pinterest

Share This