QSC a 50 ans

QSC a 50 ans

QSC a 50 ans

octobre 2018 | Reportage Entreprise

Un article d'Eric Moutot

The sky is the limit*

2018 est l’année du jubilé de la firme californienne, créée en 1968. Cinquante ans pour passer d’une poignée de copains passionnés d’amplis de guitare à un géant de l’audio et du système AV, présent dans le monde entier. Nous nous sommes rendus à Costa Mesa, siège de l’entreprise, et y avons rencontré un sympathique barbu collectionneur de voitures anciennes, un jeune docteur en short, un ingé-son d’Ozzy Osbourne et Motörhead, un électroacousticien fan de baleines et quelques autres personnalités parmi ceux qui ont fait, font et feront l’histoire de QSC.

*rien n’est impossible

Les locaux du siège de QSC Audio Products sont constitués de deux bâtiments massifs, nommés Mac1 – le premier bâtiment construit sur MacArthur Boulevard – et Mac2, l’extension bâtie en 1993. C’est là que nous avons rendez-vous avec le créateur de la société. Pat Quilter est une figure de l’audio pro, et la passion ne l’a jamais quitté.

SONO Mag : Merci de nous accueillir. Comment l’histoire de QSC a-t-elle commencé ?

Pat Quilter : Bienvenue chez QSC. A l’origine, il faut évoquer mon père Charles, qui était aviateur dans l’armée. Il voyageait beaucoup en Asie et rapportait régulièrement à ses quatre fils des cadeaux extraordinaires. Le pouvoir d’achat du dollar était considérable en ce temps. En 1967, j’ai eu une caméra Super 8 et mon plus jeune frère une guitare électrique avec un ampli Marco Polo. Il a commencé à jouer et a constitué un groupe avec un bassiste qui a voulu acheter un ampli. Dans les magasins d’instruments, tout était hors de prix. Comme j’avais des compétences en électronique via mes études de physique, je lui ai fabriqué le meilleur ampli possible pour le budget dont il disposait, environ 250$. Et je me suis aperçu que ce que j’avais réalisé était assez compétitif. J’ai alors commencé à construire du matériel à la demande.

SONO Mag : Travailler seul n’est pas simple, des associés vous ont rejoints…

Pat Quilter : Au début des années 1970, mon copain Barry Andrews, qui me voyait m’échiner à tout faire au sein de mon entreprise, me proposa de prendre en charge la gestion pour me permettre de me concentrer sur la technique. C’était une idée formidable, Barry apportait cette vision globale indispensable au développement d’une activité. John, le frère de Barry, finissait alors ses études de commerce et nous a rejoints. Il a fait un gros travail de gestion des finances. QSC commençait à se structurer. Nous avons cependant alors réalisé qu’il nous serait difficile de devenir un acteur important dans le monde des amplis d’instruments. Nous arrivions un peu tard. Nous nous sommes donc réorientés vers les amplis de puissance. A l’époque, il y avait très peu de littérature dans le domaine, peu de connaissances. Il fallait tout inventer et beaucoup expérimenter. Durant trois décennies, nous avons conçu et commercialisé de multiples gammes d’amplis basés sur mes schémas, et sommes devenues un des leaders du marché. C’était l’époque des marques spécialisées, certains fabriquaient des haut-parleurs, d’autres des consoles, des micros… et nous des amplis. Dans cet univers analogique, des normes étaient apparues comme le +4 dBu ou les impédances de haut-parleur de 4 et 8 Ω. Cela permettait aux différents équipements de se relier dans une grande chaîne audio, un système global. Les clients choisissaient le meilleur de chaque marque pour leurs besoins.

DANS LA MÊME RUBRIQUE, LIRE AUSSI...

Share This