Sennheiser Evolution Wireless IEM G4

Sennheiser Evolution Wireless IEM G4

Sennheiser Evolution Wireless IEM G4

novembre 2019Test Son

Un carton plein

Sennheiser tape très fort avec cette nouvelle série evolution G4, dans laquelle on retrouve une majorité de fonctionnalité de la série 2000, fleuron de leur gamme de in-ears monitors. L’interfaçage en réseau autonome ou via le logiciel Wireless System Manager est un réel atout pour une liaison de ce prix-là. Destiné aussi bien aux amateurs qu’aux professionnels, cet appareil est conçu pour s’adapter à tout type de terrain et fera certainement un très bon compagnon de jeux.

PREMIER COUP D’ŒIL

La face avant de l’appareil est sobre et raffinée. Un soin particulier a été accordé à l’esthétique, à la qualité de l’écran et des boutons. La solidité du boîtier au format demi-rack ne fait aucun doute dès le déballage. Le nouveau design de l’afficheur LCD est particulièrement réussi car la lecture est facile et les informations principales sont visibles à tout moment. La sortie casque est utile pour contrôler le signal audio arrivant dans l’émetteur. La navigation se fait à l’aide du rotatif à droite de l’écran, et il faut enfoncer le bouton pour valider et progresser à l’intérieur des menus.

A l’arrière, nous apprécions le connecteur combo XLR/jack 6,35 mm qui donne une flexibilité à l’utilisateur et évite d’avoir recours à des adaptateurs. La sortie Loop est présente comme chez les concurrents, à vous de l’utiliser ou non. Une petite antenne omnidirectionnelle ¼ d’ondes vient se brancher sur la BNC à droite de l’émetteur. Un port réseau est présent, et c’est une bonne nouvelle pour un produit dans cette gamme de prix. Plusieurs fonctions s’offrent alors à nous. En reliant plusieurs émetteurs entre eux via un switch Ethernet, il est possible de contrôler tous les paramètres via le logiciel WSM, mais également de surveiller à distance le système.

Du côté du boîtier ceinture, le design est bien connu, il est utilisé par la marque depuis plusieurs années. Toujours aussi solide et ergonomique, il faudra malgré tout encore ouvrir la trappe à pile pour accéder au bouton de navigation du menu.

Un article de

MAtthieu speck

Un article d'

Eric Moutot

Pin It on Pinterest

Share This