Soprano, Phoenix Tour au stade Vélodrome

Soprano, Phoenix Tour au stade Vélodrome

Soprano, Phoenix Tour au stade Vélodrome

décembre 2019Reportage Lumière & Vidéo

Sous les washs de Victorien Cayzeele

Soprano au stade Vélodrome de Marseille, c’est plus de 100 000 spectateurs sur deux soirs, avec un dispositif lumière exceptionnel, en raison de l’attachement de l’artiste pour sa ville natale, de la taille du lieu et d’une retransmission télévisuelle en direct. Nous avons assisté à l’une de ces soirées, dont la scénographie offre de multiples configurations. Impressions.

Soixante-quinze Zéniths, 17 festivals, trois stades, un dispositif exceptionnel de retransmission en direct sur TMC et de nouvelles dates annoncées pour 2020, le Phoenix Tour de Soprano est sur bien des aspects la tournée des superlatifs. Tandis que la prestation vidéo a été réalisée par Alabama, pour sa mise en lumière, Soprano a choisi l’éclairagiste Victorien Cayzeele, qui, à 26 ans, est déjà derrière la conception des tournées de Vitalic, Columbine, Aaron, Kompromat, Fauve, pour ne citer qu’eux, et, plus récemment, aux manettes des tournées d’Etienne Daho et de Bilal Hassani. Un CV impressionnant pour son âge.

SONO Mag : Bonjour Victorien. Peux tu nous parler de la genèse de ce spectacle ?

Victorien Cayzeele : Soprano est très proche de ses racines et de sa famille. Le spectacle raconte une renaissance, celle de quelqu’un parti des quartiers nord de Marseille vers les sommets, incarnée par le phoenix, cet animal mythique qui pouvait renaître de ses cendres. La scénographie a été dessinée par Julien Mairesse, avec qui nous avons travaillé sur le projet en coordination avec le directeur de production et le directeur technique. L’idée de base de la scénographie est d’avoir un conteneur qui renferme ce Phoenix sur la scène. Au début du spectacle, des comédiens jouent l’évasion de la bête. On s’est servi de ce point de départ pour créer une boîte qui peut se déplacer, tourner, s’ouvrir… Tous les panneaux la constituant sont des murs de LEDs posés sur des moteurs et rotors asservis, avec lesquels on peut créer une multitude de configurations. Par exemple, au début, la boîte s’ouvre et se déplace jusqu’à proposer un format cinémascope.

Un article de

alexandre roy

DANS LA RUBRIQUE LUMIÈRE & VIDÉO, LIRE AUSSI...

Pin It on Pinterest

Share This