Stade Saint-Symphorien de Metz

juillet 2021Reportage Corporate AV

Un son à la hauteur des ambitions du site

La signature, en 2018, entre la ville de Metz et la filiale immobilière du FC Metz d’un bail emphytéotique de cinquante ans permet au gestionnaire du site de se projeter sur une exploitation, et donc sur des investissements à long terme. Le but est d’augmenter le taux d’occupation des lieux en accueillant des événements liés, ou non, aux activités sportives du club. L’ensemble des équipements se doit de répondre aux attentes des clients les plus exigeants, et c’est bien entendu le cas du système de sonorisation installé.

A l’origine du projet, il y a le Football Club de Metz, qui chapeaute la société anonyme sportive professionnelle (SASP) FC Metz, en charge du club, ainsi que la société FC Metz Stadium, qui gère, exploite et assure la maintenance des sites tout au long de l’année. Pour situer les ambitions de ce chantier, nous rencontrons Nicolas Vincent, responsable infrastructures, travaux et maintenance au sein de la société FC Metz Stadium. Il est rattaché à l’exploitation des différents sites, hors jours de match.

SONO Mag : Quels sont les critères qui vous ont amenés à choisir ce système ?

Nicolas Vincent : Vous l’avez vu en visitant le chantier, nous avons décidé, à tout point de vue, de franchir un cap dans la diversité et la qualité des prestations proposées. Nous souhaitons multiplier les activités pour exploiter le site plus souvent que la quarantaine de jours de mobilisation du site par saison pour la vingtaine de matches à domicile. Le système de sonorisation se devait d’être à la hauteur de ces ambitions.

Notre CCTP – le cahier des clauses techniques particulières, document contractuel qui rassemble l’ensemble des clauses techniques d’un marché public – (NDLR) donnait le choix entre fournir un même système assurant le confort et la sécurité et deux solutions de sonorisation distinctes.

Il est clair qu’un seul équipement assurant les deux fonctions présente des atouts, notamment esthétiques. Finalement, assez peu de fournisseurs étaient capables de proposer un système deux en un répondant à nos critères, techniques et économiques. Le dossier présenté par Produc-Son et CSI Audiovisuel, avec du matériel JBL et ASL, tout comme la qualité du relationnel que nous avons eu avec les équipes, nous a fait choisir cette solution.

Installée à proximité de Strasbourg et fondée par Pascal Riehl, la société Produc-Son existe depuis une trentaine d’années. Elle évolue en tant que prestataire et installateur dans les métiers de la sonorisation, de l’éclairage et de la vidéo. Elle dispose également de régies broadcast pour la captation d’événements. Pour la sonorisation, Produc-Son est exclusivement équipée en matériel JBL, des A8, V20 et Vertec pour les systèmes principaux, amplifiés en Crown. Les collaborations étroites entre les équipes de Produc-Son et de CSI Audiovisuel pour répondre à des demandes sont fréquentes. Esteban, Rueben et Ethan, les trois fils de Pascal, s’impliquent déjà dans la société. Leurs domaines de compétence respectifs sont la vidéo, le son et le commerce. La relève semble assurée !

SONO Mag : Pascal, quel était le cadre de la demande pour la solution de sonorisation ?

Pascal Riehl : Le client souhaitait disposer d’une infrastructure lui donnant une longueur d’avance. La tribune d’honneur, au sud, datait des années 1960. Elle a été détruite et remplacée par celle que l’on voit aujourd’hui, dotée de multiples espaces d’accueil. Le quart de virage sud-ouest est actuellement en chantier, et suivra l’aménagement du virage sud-est. Au terme des travaux, la capacité du stade atteindra 30 000 spectateurs, dont 3 900 places en hospitalité, pour l’accueil des partenaires et des VIP. La demande du client portait sur une solution de sonorisation qui réponde, d’une part, aux normes de sécurité EN54 et, d’autre part, qui puisse être utilisée en diffusion de confort, c’est-à-dire pour des messages d’animation, d’information, de la musique…

SONO Mag : Y avait-il des particularités à considérer ?

P. R. : Dans le stade de Saint-Symphorien, il n’y a pas deux tribunes identiques. Les variations de hauteur ou d’opportunités d’accrochage imposent d’adapter des solutions sur mesure pour chaque zone. Il fallait aussi tenir compte dès l’origine des extensions du chantier, en anticipant les futurs besoins du système de sonorisation.A noter également que le CCTP mentionnait les besoins en renfort de graves, ce qui n’est pas commun dans des lieux comme des stades.

Un article d'

Eric Moutot