STARWAY SOLAR 1050

STARWAY SOLAR 1050

STARWAY SOLAR 1050

octobre 2020Test Lumière & Vidéo

Et la LED passa au tungstène…

Marque bien connue de nos plans de feux, Starway continue d’étoffer sa gamme de produits originaux, comme les récents beam Dino et Aperta. Son bureau d’études, basé en France, nous revient aujourd’hui avec une grande ambition. Celle de recréer le rendu et la chaleur des barres de lampes T8 et T10 par le biais de sources LED, avec évidemment le mythique Sunstrip en ligne de mire. Cependant, beaucoup s’y sont essayés sans succès. Ce Solar 1050 nous éblouira-t-il par son rendu ou nous laissera-t-il de glace ? Passons au test.

L’idée de base est bonne. Quand les projecteurs de décoration s’enchaînent à un rythme effréné selon la mode du moment, le T10 reste bien une valeur sûre, que ce soit dans un parc de location ou dans une réserve de théâtre. A la fois effet visuel, avec ses 10 lampes pilotables indépendamment, déboucheur de visage en version rampe vers le lointain ou wash blanc puissant, cette barre à tout faire est encore souvent demandée dans les fiches techniques. Voyons donc ce que Starway a concocté pour nous donner envie de passer à cette version LED.

À LA DÉCOUVERTE DE L’APPAREIL

L’exemplaire que nous avons eu dans les mains est une présérie. L’aspect électronique, LEDs, gradation et logiciel était terminé, mais quelques changements physiques seront effectués avant la mise sur le marché. Nous allons donc devoir faire un savant mélange des deux.

Une fois sortie de son carton, la barre, avec son côté massif, surprend dès le premier regard. Ses 1 m de long par 8,6 cm de large et 13,6 cm de hauteur, c’est plus que ce que l’on a l’habitude de voir. Le poids n’est pas en reste, avec 6,5 kilos sur la balance. Mais tout cela est contrebalancé par un aspect robuste, bien construit, qui donne confiance. Contrairement à d’autres barres de LEDs, qui disposent de petites pattes sur les côtés, on a droit ici à une vraie lyre. Assez épaisse, elle est bien rigide et dispose de nombreux pas de vis qui permettent le placement d’un crochet un peu partout (et notamment une fixation à la verticale). Absents sur notre modèle, deux rondelles quart de tour seront disponibles, et deux omégas fournis pour un démontage rapide des crochets. Pas besoin de platines ici, deux pattes permettent de poser le projecteur directement à l’horizontale en un tour de main. Enfin, contrairement à d’autres machines, rien ne dépasse de la barre, ni molette, ni connecteur. Il est donc possible de placer les projecteurs vraiment côte à côte, l’écart entre deux lampes étant conservé entre deux machines, ce qui permet de faire de belles lignes homogènes.

A l’arrière, un petit écran de menu et quatre boutons, sobre mais suffisant, deux ventilateurs, un Powercon in et DMX cinq broches in, d’un côté, et un Powercon out et DMX cinq broches out, de l’autre. Pratique pour les liaisons.

En façade, 10 beaux collimateurs nous font de l’œil. Plus grands que des lampes dichroïques GU10, ils mesurent 6,4 cm de diamètre. Tant pis pour l’uniformisation des parcs, tant mieux pour la meilleure présence et l’aspect visuel. Le centre en texture de nid d’abeilles est entouré d’une corolle en vague, le tout recouvert de la grille caractéristique de ses aînés. Du classique, mais revisité. Ils abritent 10 LEDs COB de 50 W blanc/ambre.

LES MENUS

Une petite Powercon, une prise, et nous accédons au menu de l’appareil. Ici, pas de fioritures. Juste du texte, mais une résolution suffisante pour naviguer sans soucis. On pourra modifier le mode, l’adresse, la vitesse du ventilateur (qui viendra brider la puissance, nous y reviendrons), choisir une courbe tungstène parmi les cinq proposées et la vitesse du gradateur (parmi cinq également), de 0 à 1 seconde. Un menu pour paramétrer le RDM (pratique quand on a beaucoup de machines), des tests pour les lampes et le ventilateur, et on nous informe sur la température interne de la machine. On disposera également d’une option pour rappeler les paramètres par défaut de la machine.

LES CANAUX DMX

Un article de

alexandre roy

DANS LA RUBRIQUE LUMIÈRE & VIDÉO, LIRE AUSSI...

Pin It on Pinterest

Share This