Système Zazocentrique

Système Zazocentrique

Système Zazocentrique

juin 2019 | Reportage Lumière & Vidéo

C’est en Bretagne, dans ma bonne ville de Nantes – une fois n’est pas coutume –, que je suis accueilli fort sympathiquement par Nicolas Gilli, concepteur lumière et scénographe de la tournée « Effet miroir » de Zaz, pour explorer une conception scénographique dont on m’a dit le plus grand bien. Donc, histoire de voir à quel point « on » a raison, je me livre à un exercice fort plaisant, à savoir interviewer, comprendre, regarder et apprécier. Je suis assis dans le fauteuil de Didier, aux blocs, pendant que Zaz et ses musiciens répètent sur scène, à quelques mètres. J’avoue que je passe un bon moment.

J’ai déjà eu l’occasion de croiser Nicolas Gilli. Nous ne sommes pas des inconnus, c’est un premier bon point qui favorise la discussion. Et quand je le rejoins en régie, je le trouve attablé à une splendide Wholehog 4 toutes options, alors forcément, ça crée tout de suite des liens de sympathie !

SONO Mag : Tu travailles avec Zaz depuis déjà un bon moment.

Nicolas Gilli : Depuis 2013, précisément. Et là, Isa (Zaz) est l’astre central de ma scénographie, le point d’origine de tous mes faisceaux. Le concept est de mettre en place un volume… astral ! Et tout rayonne depuis cette étoile centrale, cette sphère que je matérialise par deux demi-cercles de barres de LEDs (Chorus Line d’Elation). Les faisceaux sont bien distincts, l’image est mise en valeur, et les noirs aussi ! Ils sont très importants. Les dalles de LEDs sont en black face et elles disparaissent totalement quand je ne les utilise pas. Je peux matérialiser de vrais noirs, entre les deux lignes de Chorus, par exemple. Il faut du contraste, de la profondeur, et on oublie l’écran, qui peut alors revenir. Le kit est très mesuré. Il n’y a que quatre références de machines, dont les Chorus Line, composées de 16 cellules de LEDs, tilt et focus motorisés, pixellisables. J’utilise une base de Viper Martin. J’aime cette machine, elle a un blanc excellent.

J’apprécie l’épaisseur des faisceaux et sa présence en gobos dans l’espace. Les gobos sont bien, on ne s’en lasse pas. En plus, ils sont compacts et suffisamment discrets, ils se logent bien dans la scénographie. En latéral, c’est du K20, ça marche !

DANS LA RUBRIQUE LUMIÈRE & VIDÉO, LIRE AUSSI...

Pin It on Pinterest

Share This