Tascam Model 12

Tascam Model 12

Tascam Model 12

septembre 2020Test Son

Retour vers le futur

Avec ces combos de la série Model, disponibles en version 12, 16 et 24 canaux, Tascam ravive les souvenirs d’une époque où chaque fonction avait un contrôle dédié et où les menus numériques à multicouche complexes étaient rares. Le créateur du Portastudio joue ici la carte de la tradition avec une machine dont le look rappelle les seventies, avec ses joues en faux bois, ses longs faders et une ergonomie confortable.

Lorsque Tascam a présenté cette nouvelle série, j’ai immédiatement été tentée par l’acquisition de cet outil autonome – s’affranchissant donc d’une station de travail sur ordinateur – qui me permettrait d’enregistrer, de faire des overdubs, de mixer et de produire un master stéréo à des fins de CD, streaming ou de podcast. Il peut même se transformer en petite sono en raccordant les sorties G/D sur XLR à des enceintes amplifiées. Avec son format ultra-compact, la Model 12, qui correspond à mes besoins, est capable de gérer tout ça. Et ce n’est qu’en faisant le tour du propriétaire que j’ai découvert qu’elle pouvait également se connecter à un ordinateur pour travailler avec les logiciels du marché (Pro Tools, Cubase, Studio/Presonus…) et, dans mon cas, Reaper.

C’EST UNE CONSOLE AUDIO

La Model 12 est pensée avant tout comme une console de mixage analogique, avec six préamplis micros, 10 entrées, un processeur multi-effet et un enregistreur multipiste intégré. Si la génération des anciens – dont je fais partie – retrouvera tout de suite ses méthodes de travail sans avoir à se plonger dans la documen-tation, les utilisateurs d’ordinateurs devront d’abord assimiler le workflow d’une console traditionnelle pour jouir amplement du confort de cette machine.

Chaque tranche d’entrée possède, du haut vers le bas, un réglage de gain et une LED de signal (qui s’allume en vert à partir de -56 dB et en rouge à -3 dB pour avertir d’un écrêtage), un filtre coupe-bas à 100 Hz, un sélecteur d’entrée instrument, un sélecteur de mode d’entrée directe (Live) ou retour de l’enregistreur multipiste ou d’un ordinateur connecté via USB (MTR), un compresseur, une section EQ trois bandes (la fréquence centrale des MID peut être ajustée de 100 Hz à 8 kHz), le réglage des départs Aux 1 et 2, un panpot, une touche/voyant Rec de la piste à enregistrer, un com-mutateur et un voyant Mute, un commutateur Main pour envoyer les signaux des canaux au bus Main Mix L/R, commutateur Sub pour envoyer les signaux des canaux au bus Main Sub L/R, touche Solo qui envoie le signal préfader vers un bus solo.

C’EST UN ENREGISTREUR MULTIPISTE

Au regard des normes du matériel d’aujourd’hui, l’enregistrement numérique multipiste intégré est plutôt basique. On peut enregis-trer, lire, faire de la reprise au vol (avec ou sans pre-roll), choisir la fréquence d’échantillonnage du morceau et modifier les noms des fichiers, mais c’est à peu près tout. Il n’y a pas d’outils d’édition ni de possibilité de prises virtuelles. L’armement de piste individuel permet d’enregistrer un projet complet sur toutes les pistes en une seule fois ou de travailler en piste à piste. La Model 12 offre suffisamment de fonctions d’enregistrement intégrées pour qu’on puisse être libéré de l’ordinateur lors de l’enregistrement ou de l’écriture de morceaux. Lorsque ces opérations sont réalisées, on lit toutes les pistes pour exporter un mixage mono ou stéréo, ou on se connecte à l’ordinateur via le port USB pour des tâches de gestion de fichiers, de montage et de mixage plus exigeantes.

LA BONNE CARTE

Pour commencer, on a besoin d’acheter et d’installer une carte SD, SD HC ou SD XC (classe 10 ou supérieure), car toutes les cartes SD ne sont pas capables d’enregistrer et lire 10-12 pistes audio simultanément en 24 bits, 48 kHz. Une gamme de cartes approuvées pour une utilisation avec la Model 12 est répertoriée dans le manuel PDF. Dans le cas de l’insertion d’une carte SD incompatible (elles ont toutes la même connexion physique), un message à l’écran en informe l’utilisateur. Dès lors qu’une carte correcte est insérée, on est invité à créer un fichier SYS. La Model 12 crée ensuite un morceau par défaut et on est presque prêt à enregistrer. Il faut d’abord définir la fréquence d’échantillonnage de la chanson dans le menu Song, accessible à l’aide du multi-jog. A partir de là, vous pouvez également afficher les informations actuelles sur les morceaux, les renommer ou les supprimer et les protéger/déprotéger. Une seule carte SD peut contenir jusqu’à 100 chansons (ce nombre étant uniquement limité par la capacité de la carte).

un article de 

gisèle clark

DANS LA RUBRIQUE SON, LIRE AUSSI...

Pin It on Pinterest

Share This