test DPA 4055

test DPA 4055

test DPA 4055

septembre 2022Test Son

Droit comme un kick

Avec ses origines chez Bruël & Kjær, spécialiste des micros de mesure, DPA s’est bâti sans surprise une solide réputation pour la neutralité de ses microphones. Depuis 30 ans, avec le légendaire modèle omnidirectionnel 4006 comme étendard, la marque danoise est un choix des amateurs de fidélité et de définition, d’où son statut en prise de son classique, jazz et world. Aujourd’hui, DPA sort le 4055, micro spécial grosse caisse qui serait l’un des seuls du genre à être volontairement neutre !

À l’origine de ce projet, le retour de nombreux professionnels auprès de DPA, insatisfaits de l’offre existant en la matière. La plupart des micros dédiés à cet instrument sont dits « pré-égalisés » avec des accentuations et des creux souvent très prononcés. L’idée de base, devenue une habitude, était sans doute de proposer un « gros son » spectaculaire et tapageur sans effort de l’ingénieur du son. Le souci est non seulement le manque de subtilité de ce genre d’approche, mais aussi que les différences de sonorités dues à la taille, le type de peau ou de bois utilisé pour les grosses caisses sont cachées derrière cette coloration imposée. Cela va à l’encontre des choix des musiciens qui prennent parfois des années à se constituer leur signature sonore à travers leur kit de batterie, dont le kick est la fondation.

La proposition DPA est totalement différente. Offrir un micro droit, sans coloration, capable d’être utilisé aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de la grosse caisse et de refléter fidèlement ces choix. Un micro qui laissera éventuellement l’ingénieur du son modeler le rendu final en égalisant, mais en partant d’une base saine.
Fidèle à la tradition maison, le 4055 est un micro électrostatique cardioïde large à capsule demi-pouce qui peut encaisser la valeur de SPL incroyable de 164 dB SPL pour 10 % de distorsion harmonique. À 159 dB SPL, on redescend à moins de 1 % de distorsion, ce qui est remarquable. Le niveau de bruit pondéré A est de 27 dB, une bonne valeur quand on considère les très fortes pressions acoustiques acceptées.
La capsule est une création originale qui bénéficie d’une suspension anti-vibration adaptée à l’usage particulier du micro. Sous la grille, une mousse est présente pour protéger le capteur du « vent » généré par la batte sur la peau du tambour.
La forme désaxée du 4055 est voulue par le fabricant. Elle permettrait de réduire les risques d’endommager la peau avant de l’instrument quand on le glisse dans l’ouverture. Elle évoque aussi la forme de micros de grosse caisse connus… et l’on peut supposer que nombre d’acheteurs potentiels seront rassurés par cette similitude !

Ici, la forme est vraiment dictée par la fonction.
Comme sur ses autres micros, DPA assure avoir beaucoup soigné le contrôle de la directivité hors de l’axe.
C’est toujours une chose difficile que d’obtenir une atténuation naturelle et progressive des sons provenant des côtés où de l’arrière. C’est pourtant essentiel pour que la diaphonie ne soit plus un problème mais au contraire un liant plaisant entre les différents micros placés sur la batterie.

La capsule du 4055 est protégée des vibrations par une suspension très efficace.

DPA affirme qu’une batterie entièrement équipée de ses microphones sonne immédiatement de manière naturelle car le son hors axe de chaque capteur reste agréable.
Avec une sélection de marques diverses aux atténuations non linéaires, on se sent obligé d’utiliser des noise gates partout pour limiter la pollution mal timbrée de la diaphonie.

Selon le fabricant, le 4055 est un capteur fidèle, sans creux dans le médium avec tout juste une légère accentuation vers 10 kHz. La réponse en fréquence à 20 cm est annoncée de 40 Hz à 18 kHz dans une tolérance de +/-2 dB.
Il est livré avec une pince dédiée comportant une bague de verrouillage efficace pour empêcher tout mouvement du micro.

un article de

fabrice chantôme

DANS LA RUBRIQUE SON, LIRE AUSSI...

Pin It on Pinterest

Share This