GLP Impression FR10 Bar

GLP Impression FR10 Bar

GLP Impression FR10 Bar

novembre 2020Test Lumière & Vidéo

Wunder Barre

Cette nouvelle barre équipée de 10 LEDs généreuses mues par un zoom et un tilt nous rappelle les éditions précédentes des X4 Bar de GLP, mais en plus musclée et plus massive. Au même titre que le fameux currywurtz, ce genre de produits est devenu une spécialité allemande, pas appréciée de tous mais reconnue comme telle. Quelles sont les évolutions apportées par GLP sur la Impression FR10 Bar ? Et quel sera le terrain de prédilection de ce projecteur ?

L’ASPECT, LE SYSTÈME D’ACCROCHE, LA MANIPULATION, LE MODE D’EMPLOI

Comme beaucoup d’articles de ce genre actuellement, nous recevons la barre de GLP dans un carton, enchâssé dans deux coques en polystyrène. L’Impression FR10 Bar est fournie avec deux rails d’accroche solides dotés d’emplacements de crochets réglables et d’une alimentation Powercon True One. Sa masse de 24 kg et sa largeur importante exigent une manutention assez rigoureuse. Il est donc préférable d’être deux pour manipuler cette imposante barre. On se surprend à rêver d’un flight case sur chenilles pour pouvoir le transporter… On y trouve un blocage de tilt, logique pour ce type de gabarit. Quatre poignées indispensables équipent l’avant et l’arrière de la base du FR10, ce qui finit de nous convaincre que le fabricant lui-même a imaginé tout déplacement de sa barre avec deux personnes. Au cas où nous voudrions l’accrocher sur un totem ou un pont, des anneaux rétractables se situent sur l’arrière de la base pour un passer des élingues de sécurité. L’afficheur LED n’est ni tactile ni sur batterie. Il est entouré de quatre boutons back-menu, up, down, enter, c’est simple et basique. Tout est du même côté de la base, la connectique et l’afficheur. Afin de pouvoir aligner les Impression FR10 Bar on trouve les connectiques d’entrée à gauche de la base et celle de sortie à droite. C’est-à-dire deux ports RJ45, du Powercon True One entrée/sortie et du DMX XLR cinq broches entrée/sortie. Le mode d’emploi et la charte DMX sont téléchargeables en anglais sur le site glp.de, tout comme les dessins DWG et les librairies pour Hog, MA2 et EOS.

LA SOURCE ET L’OPTIQUE

Le GLP Impression FR10 Bar aligne donc 10 LEDs RVBB de 60 W, pixellisables, et donc indépendantes. L’ouverture annoncée est de 3,5-37° suivant les modes utilisés, et les zooms peuvent être gérés pour l’ensemble ou pour chaque LED. Ces grosses LEDs avec chacune son moteur de zoom expliquent le poids la barre. En faisceau serré, on remarque que l’alignement des LEDs est loin d’’être parfait. Une fois ouvert, la zone d’impact devient plus homogène et dessine un halo rectangulaire. En termes de flux, il est indéniable que ce projecteur ne manque pas de puissance, avec plus de 1 000 lux à 10 m et 17° d’ouverture. Le contraire aurait-été étonnant vu sa taille. A-t-on déjà vu un char d’assaut tirer du calibre 22 ? Ce canon de lumière permet de dessiner de beaux faisceaux ou rideaux suivant le nombre utilisé en contre ou latéral.

LES COULEURS, PERSONNALITÉ, LES EFFETS

En RVB, cette barre GLP offre des couleurs bien saturées. En revanche, elles sont fortement écrasées en RVBB une fois qu’on y ajoute le blanc. Comme évoqué précédemment, le fait que chaque lentille soit pilotable en RVBB et en zoom laisse vraiment beaucoup de place à la créativité, et c’est cela qui contribue vraiment à son identité. Un canal est dédié pour le réglage de température du projecteur de 2 500 à 10 000 K. On peut aussi jouer avec sa roue de couleur virtuelle rotative ou aléatoire. Le strobe, comme le shutter, est électronique avec le tout venant des modes de cette option : pulse, aléatoire et variable. La tête de cette barre opère sa rotation de 210° en tilt en 1,7 seconde au plus rapide, ce qui est bien suffisant pour aller trucider de la rétine dans la zone des crash barrières. Deux courbes de gradation sont disponibles, une linéaire, qui s’affaisse légèrement à mi-puissance, et une square, qui respecte bien son intention. Enfin, des macros de couleurs sont déjà programmées avec des possibilités de transition plus ou moins rapides. On peut sélectionner une cinquantaine de macros suivant le mode choisi, pour des effets de pixellisation, de jeux de couleur et de zoom.

Un article de

Jerome Malen

DANS LA RUBRIQUE LUMIÈRE & VIDÉO, LIRE AUSSI...

Pin It on Pinterest

Share This