Lyre Wash Evolite Diamond Plus

Lyre Wash Evolite Diamond Plus

Lyre Wash Evolite Diamond Plus

décembre 2021Test Lumière & Vidéo

Un wash multifonction

La marque française Evolite est bien connue pour ses produits destinés au monde de l’animation et du DJing. Pour cela, elle essaie toujours de proposer des projecteurs avec des particularités. Aujourd’hui, Evolite nous livre une machine qui joue clairement dans la cour des grands avec ses 19 LEDs de 40 W : le Diamond Plus. Mais quel est ce « plus » que son nom met en avant ? C’est ce que je vous propose de découvrir tout de suite.

Déballage

Notre exemplaire de Diamond Plus nous est parvenu dans un (grand) flight case, laissant deviner une machine de taille respectable. En effet, la tête du projecteur, avec ses 19 LEDs, est assez imposante. C’est une bonne chose pour un projecteur dédié principalement à l’animation, et donc au remplissage volumétrique des espaces. La base, elle, est assez plate comparativement au reste, mais se caractérise par des énormes pieds rendus nécessaires par le positionnement, sous la machine, d’un système de crochets fixes inclinables à 90° pour un déploiement et un rangement rapide. Plus besoin de Leatherman pour desserrer un oméga récalcitrant ! Mais chaque médaille a son revers. Mal serrés, les crochets ne restent pas en position repliée, et il faut parfois leur donner un coup de pouce lorsque l’on retourne la machine.
Sur la face avant, on trouve un écran couleur avec quatre boutons classiques (Menu, Up, Down, Enter), et l’arrière est bien fourni en connectiques, avec TrueOne in/out, du DMX in/out trois et cinq broches, et un bouton de démarrage (qui se fait rare sur les projecteurs en ce moment).
Sur le corps, Evolite met un point d’honneur à bien bloquer la rotation de la tête, avec des dispositifs de blocage des pans et tilts accessibles de chaque côté de la machine.
Enfin, on ne peut pas passer à côté du point le plus évident de cette machine, à savoir que sa matrice de LEDs est en forme d’hexagone, avec un quadrillage d’alvéoles elles aussi hexagonales, qui vont permettre de supprimer le flux parasite à la sortie des lentilles.

 

Cette machine a une vraie présence, et offre de l’originalité dans son design.

Source et optique

Les 19 LEDs de 40 W délivrent une belle quantité de lumière. Nous mesurons 11 600 lux à 5 m pour un angle de 17°, un score tout à fait honorable. Au zoom le plus serré, l’impact du faisceau est très géométrique, car l’influence des collimateurs hexagonaux se fait sentir. Mais on sent que l’effet est intentionnel, car dès que le zoom s’agrandit un peu, on retrouve très vite un impact wash rond standard.

Cette forme caractéristique n’est pas la seule particularité de ce projecteur au zoom serré. En effet, la lentille avant est motorisée, et peut au choix effectuer une rotation de manière indexée ou infinie avec vitesse variable. Et la rotation va venir écarter les impacts de chacune des LEDs les uns des autres afin de créer dans l’air une multitude de faisceaux (on a déjà vu cet effet, mais c’est toujours aussi efficace). Et dès que le zoom s’agrandit, la rotation de la lentille n’est plus possible et donc désactivée.

Les menus

Evolite a placé un écran de configuration de belle taille dans son projecteur. Et le fait qu’il soit en couleur ajoute un plus non négligeable. La navigation est efficace, les rubriques bien pensées, mais on peut se demander ce qui est passé par la tête des ingénieurs au moment de choisir les icônes des rubriques tant elles sont hors de propos. Le mode de contrôle DMX se choisit en cliquant sur une icône représentant un appareil photo, les informations sont des feuilles… et l’adressage est figuré par l’ancienne icône du magasin d’applications de la marque à la pomme… Étonnant.

Un article de

alexandre roy

DANS LA RUBRIQUE LUMIÈRE & VIDÉO, LIRE AUSSI...

Pin It on Pinterest

Share This