Le bon plan de fréquences

Le bon plan de fréquences

Le bon plan de fréquences

octobre 2022Tutoriel Son

Ep 8 : Savoir utiliser un plan de fréquences

Je me souviens d’appels mi-colériques, mi-désespérés de techniciens m’expliquant que « P#@..** ça marche pas votre matériel ! ».
Eux : « Le micro HF N°1 sur la tribune diffuse du son mais c’est n’importe quoi. J’ai bien synchronisé les récepteurs et les émetteurs, mais j’ai l’impression d’entendre les deux autres micros à la place. Je deviens fou ? »
Moi : « Vous pouvez me donner vos fréquences ? »
Eux : « J’ai pris de la marge : 600 MHz, 603 MHz, 606 MHz. »
Moi : « Ok, ne cherchez pas plus loin. »
Explications.

Fréquences disponibles, fréquences compatibles, nombre de banques, de groupes, user group… Tous les constructeurs rivalisent de propositions technico marketing pour tourner autour d’un problème majeur des liaisons sans-fil : l’utilisation O-BLI-GA-TOIRE de plans de fréquences compatibles. Toute utilisation aléatoire des fréquences aboutira à un résultat… aléatoire.
Pour bien saisir la raison qui impose d’utiliser ces plans de fréquences, il faut comprendre ce que sont les intermodulations.

INTERMODULATIONS

Tout élément actif d’une chaîne électronique met en œuvre des amplificateurs. Ces amplis ont une courbe de linéarité : leur capacité à respecter leurs caractéristiques jusqu’à une puissance limite. Au-delà, l’ampli sature le signal par compression. Une saturation écrête le signal, ce qui crée de nouvelles fréquences, des harmoniques qui peuvent brouiller vos fréquences utiles. En audio, le son d’un signal carré peut avoir son charme, en radiofréquence JA-MAIS !! « En radiofréquence, un David Gilmour plutôt qu’un Angus Young tu seras. »
Comment un utilisateur peut-il saturer un ampli HF ? En positionnant deux émetteurs allumés l’un à côté de l’autre, à la régie par exemple. À moins de 30 cm l’un de l’autre, la puissance émise par l’émetteur 1 est captée par l’antenne de l’émetteur 2. Cette énergie remonte dans l’ampli HF de sortie et le sature. Des harmoniques calculables, appelées produit d’intermodulation, apparaissent. Plus les émetteurs sont proches, plus les harmoniques sont élevées, jusqu’à devenir aussi puissantes que les porteuses ! Les premières harmoniques sont appelées IM3, les deuxièmes IM5, etc. Les plans sont établis pour que les fréquences calculées évitent ces harmoniques.
Les intermodulations surviennent aussi dans les cas suivants :
• Combinaison de combiner.
• Sortie de combiner dans un splitter d’antenne de réception.
• Antennes d’émissions Ear monitors à moins de 2 m des antennes de réception.
• Overboost de la réception (amplification supérieure aux pertes en ligne).

QUE FAIRE

La règle est simple : il faut utiliser les banques (terme Sennheiser), ou les groupes (terme reste du monde) de fréquences. Ces fréquences sont réunies en tableaux de fréquences compatibles (« frequency compatibility chart »), disponibles sur le Net et surtout dans les appareils. Et soyons clair : il faut choisir toutes ses fréquences dans la même banque ou le même groupe !! En cas de mélange de marques ou de catégories de produit, situés dans la même gamme de fréquence, choisissez vos fréquences dans la liste du matériel le MOINS performant. Installez un V6 dans une 2CV et vous comprendrez pourquoi.

un article de

Axel Brisard

DANS LA RUBRIQUE SON, LIRE AUSSI...

Pin It on Pinterest

Share This