Y a-t-il un ordre pour placer les filtres ?

Y a-t-il un ordre pour placer les filtres ?

Y a-t-il un ordre pour placer les filtres ?

novembre 2016 | Tutoriel Lumière & Vidéo

Light basics 10

Soumises à de fortes températures, les gélatines placées sur le chemin optique du faisceau d’un luminaire se dégradent toujours très vite. Mais lorsque plusieurs filtres sont superposés, ce phénomène est d’autant plus rapide : migration accélérée des pigments, déformation des diffuseurs, soudure des substrats. D’où la question : y a-t-il un ordre à respecter pour minimiser ou ralentir de tels effets ?

Le concepteur lumière est un coloriste : il doit choisir les angles d’éclairement mais aussi les teintes ou la température de couleur de la lumière ainsi que son degré de diffusion. Pour obtenir le résultat attendu, il associe fréquemment plusieurs types de filtres soustractifs et parfois des diffuseurs. Mais, si les filtres dichroïques sont quasi-inaltérables, la superposition des traditionnelles gélatines entraîne une dégradation accélérée des substrats en polyester ou en polycarbonate et de leurs couches colorées lorsqu’elles sont placées devant une lampe à incandescence à filament de tungstène ou devant une lampe à décharge aux halogénures métalliques dont le modèle type est la lampe HMI.

LES EFFETS DES RAYONNEMENTS DIRECTS

Ces deux types de lampes ont un spectre d’émission très différent. Les premières émettent faiblement dans l’ultraviolet, très peu dans le spectre visible (de 380 à 780 nm) mais considérablement dans la frange infrarouge, allant jusqu’à l’infrarouge thermique (entre 4 000 et 15 000 nm).

Newsletter

Rejoignez la mailing list de SONO Mag et recevez chaque semaine les dernières News.

DANS LA RUBRIQUE LUMIÈRE & VIDÉO, LIRE AUSSI...

Share This