Allen & Heath dLive

Allen & Heath dLive

Allen & Heath dLive

janvier 2016 | Test Son

Un article de
FRANCK ERNOULD

presentation

La firme italienne est connue et reconnue pour la qualité de ses réalisations. La série ART, composée d’enceintes actives ou passives en 10’’, 12’’ ou 15’’, ne déroge pas à cette règle. Un sub compact de forte puissance complète la gamme. Nous découvrons ici la version équipée d’un 12’’, amplifiée et référencée ART 312 A, d’une puissance annoncée par RCF à 400 W RMS.

L’idée des développeurs Allen & Heath était d’éviter tout ésotérisme, et de viser d’emblée le cœur de marché : trois surfaces de contrôle et trois Racks DSP panachables à volonté, pour créer des systèmes d’un prix compris entre 20 000 et 30 000 € environ, dont les possibilités sont le double des anciennes références dans le domaine : 128 canaux d’entrée et 64 bus en mixage, 96 kHz, 2 écrans tactiles 12“ (sauf la plus petite surface). Les codes couleurs et rétro-éclairages ont été étudiés avec soin. Les alimentations sont identiques pour la surface et le Rack, redondantes et remplaçables à chaud.

PUISSANTE

Au cœur de la nouvelle venue, des FPGA, comme sur une marque anglaise bien connue, mais de nouvelle génération : un seul de ces composants suffit à motoriser la dLive ! Le XCVI Core est intégré aux boîtiers de scène (MixRack), et assure un traitement numérique complet (égalisation, dynamique etc.) sur les 128 entrées et sur les 16 slots d’effets stéréo intégrés, plus les 64 bus de mixage. Les registres accumulateurs travaillent sur 96 bits, et les plug-ins Deep intégrés gèrent les compresseurs et les égaliseurs graphiques indépendamment des effets eux-mêmes. La latence totale annoncée est de 0,6 ms d’entrée à sortie analogique.

Newsletter

Rejoignez la mailing list de SONO Mag et recevez chaque semaine les dernières News.

DANS LA RUBRIQUE SON, LIRE AUSSI...

Share This